1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Comment se compose une ceinture d'explosifs
2 min de lecture

Comment se compose une ceinture d'explosifs

ÉCLAIRAGE - Une ceinture d'explosifs a été retrouvée à Montrouge, lundi 23 novembre, par des éboueurs. Elle est semblable à celle utilisée par les jihadistes des attentats à Paris.

La ceinture suspecte a été trouvée dans une benne à Montrouge
La ceinture suspecte a été trouvée dans une benne à Montrouge
Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP
Marie-Pierre Haddad

Dix jours après les attentats qui ont fait 130 morts à Paris, un objet "qui s'apparente à une ceinture d'explosifs" a été retrouvé dans une poubelle à Montrouge, dans les Hauts-de-Seine. Selon une source policière citée par l'AFP, elle ne "disposait pas de système de mise à feu". D'après les derniers éléments de l'enquête, Salah Abdeslam, l'un des principaux suspects, avait été localisé à proximité de Montrouge, grâce à la téléphonie.

Les premières analyses confirment que cette ceinture était bien composée d'explosifs et plus particulièrement de TATP et de boulons. L'objet a été découvert par des éboueurs de la ville vers 16 heures, dans un sac poubelle, sur le trottoir d'une rue. Les agents municipaux ont averti les policiers. Ces derniers ont demandé aux habitants de rester confinés chez eux, loin des fenêtres.

TATP, piles et détonateur

Le composant principal de cette ceinture d'explosifs est le TATP, peroxyde d'acétone est une "matière explosive très puissante, prisé par les terroristes", explique BFMTV. Les produits utilisés pour le fabriquer peuvent se trouver dans le commerce : "acide sulfurique (présent par exemple dans les produits pour déboucher les canalisations), eau oxygénée et acétone. Il faut ensuite assembler les composants. Si les ingrédients sont faciles à trouver, l’assemblage d’une ceinture explosive est autrement plus compliqué et nécessite un grand savoir-faire", indique Le Monde.

Le TATP est un explosif "primaire" et "très volatil", comme l'expliquait François Molins, le procureur de Paris au lendemain des attentats. "Il faut des semaines de formation, et il faut travailler sous les ordres d'un 'maître'. C'est un travail minutieux, il faut un gars qui sache ce que c'est qu'un explosif, un détonateur, comment relier les éléments entre eux sans que ça vous pète au visage", ajoutait un ancien chef d'un service français de renseignement, interrogé par l'AFP. François Molins avait décrit le dispositif comme étant composé de "TATP, de piles et d'un détonateur sous forme de bouton-poussoir, ainsi que des boulons pour contribuer à aggraver encore le mécanisme et le souffle de l'explosion".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/