1 min de lecture Politique

Christophe Girard, ancien adjoint à la mairie de Paris, exclu du groupe "Paris en commun"

Christophe Girard vient d'être exclu du groupe "Paris en commun" d'Anne Hidalgo, à la suite des accusations de viol dont il fait l'objet.

Christophe Girard arrive pour assister aux obsèques de la réalisatrice Français agnès Varda, le 2 avril 2019 au cimetière Montparnasse à Paris.
Christophe Girard arrive pour assister aux obsèques de la réalisatrice Français agnès Varda, le 2 avril 2019 au cimetière Montparnasse à Paris. Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Camille Guesdon
Camille Guesdon et AFP

"Nous lui avons demandé de quitter Paris en commun", a déclaré à l'AFP Rémi Féraud, président du groupe "Paris en commun". Christophe Girard, l'ancien adjoint d'Anne Hidalgo à la mairie de Paris a en effet été exclu du groupe. Il est visé par des accusations de viol à quelques jours d'un Conseil de Paris, où son retour au sein de la majorité municipale, agaçait.

Christophe Girard avait démissionné en juillet de ses fonctions d'adjoint à la Culture après des attaques d'élus écologistes de la majorité, en raison de ses liens avec Gabriel Matzneff, accusé de pédophilie.

Ensuite, il s'était mis en retrait au mois d'août suite à l'ouverture d'une enquête par le parquet de Paris sur des accusations de viol le visant. L'enquête a été classée sans suite en novembre en raison de la prescription des faits. Selon Rémi Féraud, "Il y avait un constat assez unanime au sein des élus du groupe que son retour, aujourd'hui, dans le groupe au Conseil de Paris n'était politiquement pas possible dans le contexte actuel de débat sur les violences sexuelles".

Aucune mise en examen

Contacté par l'AFP, Christophe Girard, qui a toujours dénoncé une "affaire instrumentalisée" et des accusations de viol "sans fondement", a annoncé "prendre acte de leur demande de mise en retrait" et de "s'y plier". "J'ai fait l'objet d'une enquête approfondie qui a scruté ma vie personnelle et professionnelle sur plus de 30 ans et que ça n'a débouché sur aucune mise en examen", a-t-il notamment ajouté.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique Justice Enquête
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants