2 min de lecture Les Républicains

Bygmalion : la signature du trésorier de l'UMP pourrait avoir été imitée

Selon une expertise graphologique, plusieurs ordres de virements au bénéfice d'Event & Cie auraient été signés de façon électronique.

Photo du site web de Bygmalion. (Illustration)
Photo du site web de Bygmalion. (Illustration) Crédit : JOEL SAGET / AFP
Marine Cluet Journaliste

Qui a signé les virements au bénéfice de Event et Cie, la filiale événementielle de Bygmalion, durant la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 ? Selon les dernières informations révélées par Le Point.fr, il se pourrait que le trésorier de l'UMP de l'époque, pourtant seul autorisé à le faire, n'y soit pour rien. 

La signature de Dominique Dord apparaissant sur les documents qui valident la sortie de 18 millions d'euros pour régler les meetings de l'ancien président serait "électronique". Or ce dernier assurait aux policiers lors de son audition en avril dernier "n'avoir jamais utilisé personnellement une signature électronique" selon les informations du site de l'hebdomadaire. Seule Mme Liadze, la directrice financière de l'UMP à l'époque, devenue depuis Les Républicains, "pouvait déclencher" sa signature après avoir obtenue son autorisation par téléphone.

La moitié des documents signés grâce à une imprimante

Lors de cette même audition, Dominique Bord avait par ailleurs assuré aux enquêteurs qu'il n'était pas à Paris le 24 février 2012, date à laquelle un chèque de 780.487, 94 euros avaient été signé pour Event et Cie. Il ne pouvait donc pas avoir signé le chèque. Signature qui semblait par ailleurs n'avoir pas été réalisée avec un stylo. Tout comme celle au bas d'un ordre de virement d'un million et demi d'euro vers la même filiale événementielle.

Autant d'anomalies qui ont poussé les forces de l'ordre à enquêter sur ces fameuses signatures. Après expertise graphologique, il apparaît que la moitié des 30 documents ont été signés au stylo bleu et l'autre moitié "à partir d'une imprimante à laser monochrome". Sur quatre des documents, les signatures sont par ailleurs "rigoureusement identiques, et leur rendu est très pixellisé". 

À lire aussi
affaire Bygmalion
Affaire Bygmalion : prévu le 17 mars, le procès de Nicolas Sarkozy est renvoyé au 20 mai

Alors que Bastien Millot, l'ex-patron de Bygmalion, a été de nouveau mis en examen mercredi pour complicité de financement illégal de campagne électorale et complicité d'escroquerie et que Nicolas Sarkozy a été entendu par la police au début du mois, ce nouveau point semble épaissir encore un peu plus l'affaire Bygmalion, qui avait conduit à la démission de Jean-François Copé en juin dernier de la présidence de l'UMP.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Les Républicains UMP Justice
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants