1 min de lecture Faits divers

Braquage de la bijouterie Cartier : "J'ai les nerfs à fleur de peau", confie le coiffeur pris en otage

REPLAY - Deux jeunes de Seine-Saint-Denis ont braqué une bijouterie Cartier avant de se retrancher dans un salon de coiffure et de garder le propriétaire en otage.

Christelle Rebiere RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Braquage de la bijouterie Cartier : "Je trouve que j'ai eu de la chance" a déclaré le coiffeur pris en otage Crédit Image : AFP | Crédit Média : Georges Brenier | Durée : | Date : La page de l'émission
Georges Brenier et Claire Gaveau

L'affaire a tenu en haleine pendant deux heures mardi 25 novembre. De toute évidence, les braqueurs de la bijouterie Cartier près des Champs-Élysées (VIIIe arrondissement) n'ont rien à voir avec le grand banditisme. Ces deux jeunes de Seine Saint-Denis, déjà connus des services de police, caractérisent ce nouveau banditisme grandissant

Les deux hommes de 23 et 30 ans ont rapidement été dépassés par les événements : le braquage s'est terminé par une prise d'otage dans un salon de coiffure du XVe arrondissement qui aurait pu se terminer en véritable carnage. Au total pas moins de 16 coups de feu ont été tirés avant que les deux braqueurs ne se rendent aux forces de l'ordre. 

Deux heures c'est long, et le premier quart d'heure a été très dur. Ils ne sont pas venus avec des fleurs

Yves, le coiffeur pris en otage
Partager la citation

Yves, le coiffeur retenu, est revenu sur les événements : "Deux heures c'est long, et le premier quart d'heure a été très dur. Ils ne sont pas venus avec des fleurs". L'homme de 65 ans est encore très choqué : "Il y a des moments je me mets à pleurer, j'ai les nerfs à fleur de peau, je tremble encore". 

Celui qui se laisse six mois pour partir en retraite est tout de même pressé de reprendre le chemin de son salon de coiffure pour retrouver une vie "équilibrée". "Je ne sais pas si on oublie vraiment mais je trouve que j'ai eu de la chance" a déclaré le coiffeur qui veut notamment retrouver ses clients. 

C'est malheureux car il va subir le contre-coup, il va avoir un choc alors qu'il ne méritait pas ça

Maria, une cliente d'Yves
Partager la citation
À lire aussi
Un réfugié somalien montre son document officiel de demandeur d'asile le 22 octobre 2009 à Pontoise (archives) faits divers
Haute-Marne : un demandeur d'asile somalien mis en examen pour le meurtre de son colocataire

Des clients qui le lui rendent bien. Maria l'a présenté comme un homme "gentil" : "C'est malheureux car il va subir le contre-coup, il va avoir un choc alors qu'il ne méritait pas ça".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Braquage Bijouterie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants