2 min de lecture Bourges

Bourges : un chirurgien accusé d'homicide après le décès de son patient

Une plainte pour "homicide volontaire" a été déposée par la famille d'un patient mort au cours d'une opération de la prostate en janvier 2016.

Un patient est décédé au centre hospitalier Jacques-Coeur, à Bourges, durant une opération de la prostate (illustration).
Un patient est décédé au centre hospitalier Jacques-Coeur, à Bourges, durant une opération de la prostate (illustration). Crédit : ALAIN FOUGERAY / AFP
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

Une enquête préliminaire a été ouverte sur un chirurgien du centre hospitalier Jacques-Cœur de Bourges (Cher) après la mort de l'un de ses patients en bloc opératoire le 14 janvier, au cours d'une opération de la prostate. L'avocat de la victime, Henry Latour, âgé de 60 ans au moment de sa mort, dénonce "plusieurs fautes caractérisées à l'origine du décès du patient". L'équipe médicale présente au bloc opératoire au moment du drame a décrit un médecin qui n'était "pas dans son état normal, inaccessible à tout raisonnement".

La famille de la victime a commencé à suspecter une anomalie lorsqu'elle a appris que l'urologue avait été écarté des blocs opératoires par la direction de l'hôpital Jacques-Cœur depuis 14 janvier. Lorsqu'elle a demandé à avoir accès au dossier médical de son père, la fille de Henri Latour n'a obtenu qu'une version partielle dans un premier temps, avant d'obtenir l'intégralité du dossier en insistant, révèle Le Parisien.

Les révélations glaçantes du compte-rendu opératoire

La famille d'Henry Latour découvre alors des éléments glaçant dans le compte-rendu opératoire dressé par l'anesthésiste présent ce jour-là. Le médecin décrit un acte opératoire marqué par "des gestes brutaux et violents à l'origine des fortes pertes hémorragiques, plus de 5 litres". Malgré ses avertissements sur la dégradation de l'état de santé du patient, le chirurgien refuse pendant près d'une demi-heure d'arrêter l'opération.

Après une tentative de réanimation désespérée, le patient est finalement décédé en bloc opératoire. "Nous sommes tous parvenus à la conclusion que cette intervention était une véritable boucherie, indigne de n'importe quel bloc opératoire", conclut l'équipe dans son rapport.

Le risque zéro n'existe pas.

Le chirurgien mis en cause
Partager la citation
À lire aussi
La commune de Saint-Doulchard est située au nord de Bourges accident
Cher : une guêpe provoque un accident grave

Sept praticiens de l'hôpital de Bourges ont adressé un courrier à la direction de l'établissement le 22 janvier, pour dénoncer les "dérives professionnelles" de l'urologue mis en cause et demander sa suspension. Après la plainte déposée par la famille d'Henry Latour, l'Agence régionale de santé a ouvert une enquête et l'ordre des médecins du Cher a également été saisi. "C'était un événement complexe. Un cas exceptionnel. J'estime avoir tout fait dans les règles de l'art mais le risque zéro n'existe pas. Je suis très touché par ce qui est arrivé", s'est défendu le chirurgien mis en cause.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bourges Hôpitaux Erreur
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants