1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. "Benjamin Dessange m'envoyait des SMS pendant les réunions pour me déstabiliser", dit une ancienne cadre
1 min de lecture

"Benjamin Dessange m'envoyait des SMS pendant les réunions pour me déstabiliser", dit une ancienne cadre

REPLAY - Ancienne cadre du groupe, Annabelle raconte la volonté d'emprise progressive de son patron, Benjamin Dessange et les pressions très explicites auxquelles elle a dû faire face.

Une voiture de police (illustration)
Une voiture de police (illustration)
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
"Benjamin Dessange m'envoyait des sms pendant les réunions pour me déstabiliser", dit une ancienne cadre
00:01:32
micros
La rédaction numérique de RTL

En 2009, le fils de Jacques Dessange a repris les prestigieux salons de coiffure du même nom. Mais ce dernier est accusé par une ancienne salariée de harcèlement sexuel. Pendant deux ans, Benjamin Dessange, à la tête d'un empire de plus de 400 salons dans 40 pays, est soupçonné d'avoir envoyé des textos à caractère sexuel, à l'une de ses anciennes salariées. Elle aurait été humiliée en public avant d'être licenciée en 2013. Benjamin Dessange conteste. Quant à Annabelle, elle a décidé de porter plainte.

De nombreuses pressions

Cette ancienne cadre du groupe y est entrée comme apprentie à l'âge de 15 ans. Elle raconte la volonté d'emprise progressive de son patron et les pressions très explicites auxquelles elle a dû faire face à partir de 2010

J'ai tenté de résister, jusqu'au jour où il m'a insulté devant des collègues et là j'ai craqué

Annabelle

"Le harcèlement a démarré après un séminaire. J'ai reçu de nombreux SMS au quotidien, des appel incessants sur ma ligne de bureau, des regards, des gestes déplacés devant d'autres collègues. Il m'envoyait des SMS pendant les réunions pour me déstabiliser. C'était des choses sexuelles. J'ai tenté de résister, jusqu'au jour où il m'a insulté devant des collègues et là j'ai craqué", raconte-t-elle.

Annabelle s'effondre. Anxiété, maigreur, perte de l'estime de soi. Après un arrêt-maladie, elle est licenciée en septembre 2013 et ira jusqu'à tenter de se suicider. Au nom de Benjamin Dessange, Me Richard Koplewicz conteste les faits et dénonce des allégations pures et simples.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.