2 min de lecture Attentats à Paris

Attentats de Paris : Jawad Bendaoud "pète un plomb" dans une lettre adressée aux juges

Le logeur présumé de plusieurs membres du commando du 13 novembre clame son innocence depuis sa cellule de la prison de Villepinte.

Jawad Bendaoud, soupçonné d'avoir prêté son appartement de Saint-Denis aux terroristes
Jawad Bendaoud, soupçonné d'avoir prêté son appartement de Saint-Denis aux terroristes Crédit : Capture d'écran/BFM TV
Léa Stassinet
Léa Stassinet
Journaliste

Ce ne serait pas sa première lettre, mais bien la suite d'une longue série. Dans un courrier envoyé à l'un des juges chargés de l'enquête sur les attentats du 13 novembre et que TF1 a pu consulter, Jawad Bendaoud réclame la levée immédiate de son placement à l'isolement et son transfert dans une autre prison, affirmant qu'il "pète un plomb". 

Depuis sa cellule de la prison de Villepinte en Seine-Saint-Denis, "Jawad le logeur" s'adresse à Jean-Marc Herbaut, juge à la section antiterroriste à Paris. "Vous êtes juge d'instruction, on aurait dit vous êtes scénariste (...) vous attendez quoi je pète une durite (sic)", écrit-il le 1er octobre 2016. Jawad Bendaoud avait déjà fait parler de lui le 16 septembre dernier, lorsqu'il avait tenté de mettre le feu à sa cellule

Jamais j’aurais pu imaginer une seule seconde que je venais de serrer la main aux individus qui venait de commettre les pires attentats perpétré en France

Jawad Bendaoud
Partager la citation

Dans sa lettre (non corrigée, ndlr), le logeur présumé des terroristes revient en détails sur la soirée du 13 novembre 2015, et notamment sur l'hospitalité offerte à Abdelhamid Abaaoud, le cerveau des attentats de Paris, de sa cousine Hasna Aït-Boulahcen et de son complice Chakib Akrouh. "J’étais dans le salon avec mon père je mangais des lentilles au bœuf. J’ai senti un truc louche mais jamais j’aurais pu imaginer une seule seconde que je venais de serrer la main et offert un toit du coca cherry, de l’oasis aux individus qui venait de commettre les pires attentats perpetré en France", explique Jawad Bendaoud. 

Il promet dans son courrier de rester dans le droit chemin une fois sorti de prison. "Plus jamais de ma vie je referais quoi que ce soit d’illégal quitte à manger des conserves au Resto du Cœur, la poisse me colle à la peau".

À lire aussi
Éric Ciotti sur RTL Attentats à Paris
Attaque à la préfecture : le tueur "n'aurait pas dû se trouver là", dit Ciotti sur RTL

Le suspect âgé de 30 ans dit regretter son geste. "J’avais tout pour réussir j’ai passé mon code de la route en accéléré je l’ai obtenu sans problème (…) j’ai tout perdu". Isolé dans sa cellule, il avoue même penser au pire. "Vous cherchez quoi au juste qu’a force de craquer je comette l’irréparable je suis quelqu’un de violent depuis tout jeune (…) si je commet un acte violent on va dire c’est un terroriste Jawad mais mort de rire". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats à Paris Faits divers Terrorisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants