1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Attentat en Isère : Yassin Salhi voulait faire exploser l'usine de gaz industriels
2 min de lecture

Attentat en Isère : Yassin Salhi voulait faire exploser l'usine de gaz industriels

Info RTL REPLAY / INFO RTL - Le principal suspect de l'attentat à Saint-Quentin-Fallavier assure avoir agi seul. Il explique qu'il avait l'intention de faire exploser l'usine Air Products. Il a aussi avoué avoir étranglé son employeur.

Des forces de police en charge de l'enquête et de la sécurisation d'Air Products ciblé par un attentat en Isère le 26 juin 2015
Des forces de police en charge de l'enquête et de la sécurisation d'Air Products ciblé par un attentat en Isère le 26 juin 2015
Attentat en Isère : Yassin Salhi voulait faire exploser l'usine de gaz industriels
01:37
Jean-Alphonse Richard & La rédaction numérique de RTL

Jusque-là, Yassin Salhi était resté mutique. Soupçonné d'avoir décapité son patron, Hervé Cornara, il a été interpellé, vendredi 26 juin, dans l'usine Air Products de Saint-Quentin-Fallavier, qu'il tentait de faire exploser. Toujours en garde à vue, il a commencé à parler dans des propos parfois décousus, pas toujours logiques. Il affirme avoir agi seul et selon nos informations, indique qu'il voulait faire exploser l'usine de gaz industriels.

Il aurait choisi cette cible par facilité, y disposant d'un accès direct avec son métier de chauffeur-livreur. Le but était semble-t-il de mourir ici en martyr du jihad. Le suspect a raconté qu'il avait depuis longtemps mûri ce projet terroriste, sans donner beaucoup plus de détails. Le but était de créer un attentat de masse en projetant sa voiture contre les réservoirs de gaz industriel de l'usine, pour provoquer une explosion, à la manière des voitures béliers et des kamikazes de Daesch. Il aurait été inspiré pour celà par les images de propagande circulant sur internet.


Il n'a pas vraiment abordé ses liens possibles avec Daech et des combattants en Syrie. Il a fabriqué et embarqué avec lui deux drapeaux, un blanc, un noir, portant des sourates du Coran. Il s'est ainsi rendu chez son employeur qu'il a, selon ses premières déclarations, étranglé, avant de le décapiter et organiser la mise en scène sordide sur le grillage de l'usine avec la tête accrochée entre les deux drapeaux.

Un selfie envoyé à un numéro canadien

L'objectif était de mourir, après avoir prévu et organisé une mise en scène morbide avec l'assassinat et la décapitation de son patron, avec ce selfie qui devait servir de témoignage posthume. Il a été envoyé depuis son téléphone portable, par une application de messagerie rapide, à un numéro au Canada. C'est un numéro temporaire, selon les premières constatations du renseignement canadien. Yassin Salhi l'a peut-être utilisé dans les jours précédant l'attaque, pour y envoyer une vidéo le mettant en scène.

À lire aussi

Cette boite aux lettres destinée à télécharger des photos pourrait mener en Syrie. Ce mode opératoire couramment pratiqué par Daech qui se charge ensuite de publier photos et témoignages. Ce qui démontre que l'action de Yassin Salhi était préméditée. Il va être à nouveau interrogé sur son engagement radical dans les heures qui viennent.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/