1 min de lecture Attentat en Isère

Attentat en Isère : où en est l'enquête ?

REPLAY - L'auteur présumé de l'attentat à Saint-Quentin-Fallavier, en Isère, a commencé à raconter l'enchaînement des événements, après plus de 28 heures de garde à vue.

micro générique RTL Week-end Stéphane Carpentier iTunes RSS
>
Attentat en Isère : où en est l'enquête ? Crédit Média : Arnaud Grange | Durée : | Date : La page de l'émission
Arnaud Grange et La rédaction numérique de RTL

Yassin Salhi est sorti de son silence, après plus de 28 heures de garde à vue. Le principal suspect de l'attentat dans l'usine Air Products de Saint-Quentin-Fallavier en Isère, se serait pris en photo avec sa victime qu'il aurait décapitée, Hervé Cornara. Cette mise en scène macabre rappelle celle des jihadistes de l'État islamique. Le selfie a été envoyé, via l'application internet Whats'App, vers un numéro canadien.

C'est pourquoi le Canada va désormais aider la police française. Le détenteur de ce numéro, réside-t-il en Amérique du Nord, en Europe ou en Syrie ? Actuellement, près de 500 personnes parties de France mènent le jihad en Syrie et en Irak. Le terroriste présumé sera transféré au siège de la police anti-terroriste, à Levallois-Perret, près de Paris. Sa femme et sa sœur devraient rester à l'hôtel de police de Lyon.

Des traces d'asphyxie

Yassin Salhi a commencé à s'expliquer sur le déroulement des faits, mais pour l'instant, la teneur exacte de ses déclarations n'est pas connue. Les enquêteurs travaillent sur l'ordinateur et le téléphone portable du suspect qui ont été saisis, à la suite de perquisitions faites à son domicile vendredi 26 juin et dans l'entreprise où il travaillait.

Ils essayent d'identifier le selfie de Yassin Salhi, pris avec la tête de sa victime, envoyé à un numéro canadien. L'autopsie pratiquée sur le corps de l'employeur du terroriste montre des traces d'asphyxie par étranglement et égorgement, mais ne permettent pas de déterminer les causes de la mort. On ne sait toujours pas s'il est décédé après l'asphyxie, l'égorgement ou du fait de la décapitation.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentat en Isère Faits divers Attentats
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants