1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Attentat déjoué au Fort Béar : les 3 suspects mis en examen et placés en détention
2 min de lecture

Attentat déjoué au Fort Béar : les 3 suspects mis en examen et placés en détention

Interpellés lundi matin, les jeunes gens de 17, 19 et 23 ans ont passé quatre jours en garde à vue avant d'être présentés à un juge d'instruction, qui les a mis en examen du chef d'association de malfaiteurs terroriste criminelle.

Les jeunes hommes sont suspectés d'avoir voulu commettre un attentat sur un site militaire dans les Pyrénées-Orientales (Illustration)
Les jeunes hommes sont suspectés d'avoir voulu commettre un attentat sur un site militaire dans les Pyrénées-Orientales (Illustration)
Crédit : AFP / Archives, Georges Gobet
Cécile De Sèze & AFP

Les trois suspects du projet d'attaque contre un site militaire ont été mis en examen dans la nuit de vendredi à samedi et placés en détention provisoire. Interpellés lundi matin, les jeunes gens de 17, 19 et 23 ans ont passé quatre jours en garde à vue avant d'être présentés à un juge d'instruction, qui les a mis en examen du chef d'association de malfaiteurs terroriste criminelle.

Les trois jeunes hommes sont accusés d'avoir préparé une attaque contre un site des Pyrénées-Orientales et d'avoir projeté de décapiter un haut gradé. Durant leur garde à vue, ils ont revendiqué leur affiliation à Daech. Et les premiers éléments de l'enquête font apparaître qu'un jihadiste de l'État islamique a demandé au plus jeune des trois suspects de "frapper" en France, selon le procureur. 

Le trio n'a exprimé aucun regret ni remord

Cette instruction a été donnée après que le jeune homme s'est retrouvé dans l'impossibilité de partir en Syrie pour y mener le jihad, car repéré par les services de renseignement. Après des échanges avec les deux autres suspects, le choix s'est alors porté sur le sémaphore de Fort Béar, un camp militaire sur les hauteurs de Port-Vendres (Pyrénées-Orientales) où avait officié le plus âgé des trois, alors marin. Les suspects projetaient de mener l'attaque fin décembre 2015 ou début janvier 2016.

Plusieurs enquêteurs les présentent comme des amateurs, des Pieds Nickelés du terrorisme... Les 3 suspects n'ont pris aucune précaution pour discuter de leur projet criminel, en parlant à de nombreuses reprises sur les réseaux sociaux et en consultant des sites de propagande islamiste. Ces plateformes sont pourtant évidemment ultra-surveillées par les services de renseignement. Après 4 jours de garde à vue, le trio n'a, d'après nos informations, exprimé ni regret ni remord. Ils ont raconté sans la moindre émotion dans leur voix leur projet criminel.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/