1 min de lecture Attentat à Nice

Attentat à Nice : "Des personnes ont fui par la mer" pour éviter le camion, raconte le député Éric Ciotti

INVITÉ RTL - Le député des Alpes-Maritimes parle de "situation de guerre" et demande un renforcement du cadre législatif.

Calvi-245x300 RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Éric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes : "Des personnes ont fui par la mer" pour éviter le camion Crédit Image : JEAN CHRISTOPHE MAGNENET / AFP | Crédit Média : Jérôme Chapuis | Durée : | Date :
La page de l'émission
Jérôme Chapuis
Jérôme Chapuis et Ludovic Galtier

Nuit d'horreur à Nice. Alors que le feu d'artifice était tiré sur la Promenade des Anglais, un camion de 18 tonnes a mené une course folle sur deux kilomètres et tué au moins 84 personnes, selon le nouveau bilan annoncé par Éric Ciotti sur RTL. Le député des Alpes-Maritimes a qualifié ce chiffre de "terrifiant". C'est un spectacle d'horreur, d'épouvante, une scène d'horreur toute la nuit sur la Promenade des Anglais. Les familles partageaient un moment de bonheur et les familles ont été fauchées. Jamais Nice n'avait subi une telle attaque depuis la guerre (...) Il y a eu des personnes qui ont lui par la mer. Une centaines a été repêchée en mer par une navette de sapeurs-pompiers."

En réponse à cet attentat à la méthode inédite sur le territoire français, François Hollande a décidé de prolonger l'état d'urgence de trois mois. "L'état d'urgence, pour moi, doit être permanent, avec la possibilité de perquisition administrative. J'ai prôné l'assignation à résidence permanente pour les personnes qui présentent un risque (12 heures par jour actuellement, ndlr). C'est l'interdiction de certains mouvements, de certaines manifestations, c'est en même temps un contrôle aux frontières permanent."

Pour le député, la France est la cible privilégiée des terroristes. "C'est la France qui a payé le plus lourd tribut dans les démocraties occidentales", analyse le député des Alpes-Maritimes. "Nous sommes dans cette situation de guerre mais on n'utilise pas les armes de la guerre pour lutter contre le terrorisme. Le cadre actuel n'est pas adapté. Les droits de l'Homme, c'est sauver les vies de ceux qui sont menacés. 1.500 personnes sont radicalisées en prison. Il ne faut pas les laisser sortir. Il faut une rétention de sûreté. Ça existe pour les criminels sexuels."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentat à Nice État d'urgence Eric Ciotti
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants