1 min de lecture Bayonne

Attaque d'une mosquée à Bayonne : pourquoi ne parle-t-on pas d'un "attentat" ?

DÉCRYPTAGE - Un octogénaire a ouvert le feu aux abords de la mosquée de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) lundi 28 octobre. Le parquet antiterroriste n'a pas été saisi pour l'instant.

La mosquée de Bayonne, le 28 octobre
La mosquée de Bayonne, le 28 octobre Crédit : GAIZKA IROZ / AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

Il a ouvert le feu après avoir tenté d'incendier la mosquée de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques). Claude Sinké, 84 ans, a été interpellé lundi 28 octobre dans la soirée après avoir blessé gravement deux fidèles qui s'apprêtaient à faire la prière.

Mardi après-midi, le parquet antiterroriste ne s'était pas saisi de l'enquête. En conséquence, celle-ci est toujours menée sous l'autorité du procureur de Bayonne et l'attaque n'est pas qualifiée d'attentat terroriste.

Pourtant, certaines personnalités n'ont pas hésité à qualifier la fusillade survenue lundi après-midi d'"attentat". C'est le cas de Benoît Hamon et même Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national (RN), parti pour lequel Claude Sinké avait été candidat aux élections départementales en 2015. À cette époque, la formation politique s'appelait encore "Front national". 

Dans le Code pénal, une infraction constitue un acte terroriste lorsqu'elle est "intentionnellement en relation avec une entreprise individuelle ou collective ayant pour but de troubler gravement l'ordre public par l'intimidation ou la terreur". Dans le cas de Claude Sinké, son entourage ne cache pas les propos haineux xénophobes et islamophobes qu'il tenait régulièrement. Par ailleurs, en s'attaquant à une mosquée, son entreprise visait manifestement à terroriser la communauté musulmane.

Une expertise psychologique en cours

À lire aussi
Claude Sinke, le suspect de l'attaque de la mosquée de Bayonne, à gauche, accompagne de son avocat, au poste de police. justice
Attaque de à la mosquée de Bayonne : le suspect meurt en prison

Cependant, il reste à évaluer l'état psychologique de Claude Sinké. Selon nos confrères du Parisien, après avoir passé la nuit en garde à vue, l'auteur présumé de la fusillade fait l'objet mardi d'un expertise psychologique. L'objectif de cet examen est de "déterminer si son discernement était aboli au moment de son passage à l'acte, et s'il possède toutes ses facultés mentales", explique le quotidien.

Pour l'instant, Claude Sinké est en garde à vue pour "tentatives d'assassinats". Dans le cas où l'expertise psychologique conclurait à sa bonne santé mentale, le parquet antiterroriste pourrait se saisir de l'enquête. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bayonne Faits divers Attentat
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants