2 min de lecture Faits divers

Attaque au Louvre : le profil déroutant de l'assaillant Abdallah El-Hamahmy

Diplômé, cadre commercial et inconnu des services de police, rien ne laissait penser qu'Abdallah El-Hamahmy bascule dans le terrorisme.

Trois photos de Abdallah El Hamahmy, exposées chez la famille du suspect.
Trois photos de Abdallah El Hamahmy, exposées chez la famille du suspect. Crédit : MAHMOOD SHAHIIN / AFP
Léa Stassinet
Léa Stassinet
Journaliste

Ce n'est que mercredi 8 février, soit 5 jours après l'attaque de plusieurs militaires en patrouille au Louvre que les enquêteurs ont pu formellement l'identifier. Abdallah El-Hamahmy, un Égyptien de 29 ans a enfin parlé aux policiers, avant que son état de santé ne se dégrade. Et les premiers éléments recueillis sur le profil de l'assaillant ont de quoi surprendre. 

Celui qui avait annoncé à ses proches venir à Paris pour "un voyage d'affaires" a déclaré aux policiers n'avoir pas voulu s'en prendre aux militaires. Il avait plutôt l'intention de mener une action fortement symbolique contre la France, en dégradant des œuvres du musée. Des bombes de peinture ont d'ailleurs été découvertes dans son sac lors de son arrestation. Une version qui correspond peu à la réalité des faits. 

Vendredi 3 février aux alentours de 10 heures du matin, Abdallah El-Hamahmy se jette sur des militaires en patrouille, en criant "Allahou Akbar". Vêtu d'un t-shirt noir à tête de mort, une machette dans chaque main, il parvient à blesser un premier soldat au cuir chevelu, avant d'être repoussé par un second, qui lui tire dessus, le blessant grièvement à l'abdomen. 

Abdallah El-Hamahmy est un garçon simple, qui ne montrait aucun signe de radicalisation

Le père du suspect
Partager la citation

Mais qu'est-ce qui a pu pousser ce jeune père de famille intégré socialement à commettre un tel acte ? C'est un mystère pour le père du jeune homme, un haut gradé de la police à la retraite. "Un garçon simple, qui ne montrait aucun signe de radicalisation". 

À lire aussi
L'île d'Ouessant vue depuis la mer. faits divers
Finistère : un enfant emporté par une vague sur l'île d'Ouessant

Originaire de Mansoura, dans le delta du Nil, Abdallah El-Hamahmy a grandi dans une famille plutôt aisée. Il obtient son diplôme en droit en 2010, avant de gagner les Émirats arabes unis. Il y réside depuis et occupe un poste de cadre commercial dans une entreprise spécialisée dans la protection de l'environnement située dans la ville de Charjah. 

Marié et père d'un enfant d'un garçon de 7 mois et bientôt d'un deuxième, il pratiquerait un islam modéré, selon son père. Malgré tout, des tweets postés après les printemps arabes en 2011, montrent qu'il voyait d'un bon œil l'arrivée au pouvoir des islamistes en Egypte. Ses proches s'interrogent d'ailleurs sur d'autres tweets d'un certain Abdallah El-Hamahmy citant un verset du Coran, où il promet le paradis à ceux qui sont tués en combattant pour Dieu. "Pas de négociations, pas de compromis, fermeté et pas de retraite" peut-on lire dans un autre message posté sur le réseau social. 

C'était comme si c'était une personne différente

Un ami d'Abdallah El-Hamahmy
Partager la citation

"C'était comme si c'était une personne différente. Comme si [le compte] avait été piraté", raconte un ami du suspect qu'il a rencontré il y a une dizaine d'années. D'autres photos publiées sur les réseaux sociaux font état d'un jeune homme souriant, en tenue de sport ou devant un ordinateur. Chez son père, quelques clichés de lui datant de 2009 et 2010 le présentent en jeune homme sérieux dans son costume cravate, le regard doux derrière de fines lunettes. 

Inconnu des services de police jusqu'à l'attaque sur les militaires, son passeport atteste de séjours réguliers en Égypte de 2012 à 2016, mais aussi en Turquie ou en Arabie Saoudite. Il devra s'expliquer sur ces différents voyages face aux enquêteurs dès que son état de santé le permettra. 

Aucune revendication n'a été émise de la part d'une organisation terroriste, et les policiers n'auraient trouvé aucun signe d'allégeance à un groupe jihadiste lors de la perquisition menée dans l'appartement parisien qu'il avait loué. Le parquet de Paris a néanmoins ouvert une information judiciaire pour tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Terrorisme Le Louvre
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants