2 min de lecture Air Cocaïne

Air cocaïne : Aymeric Chauprade, l'eurodéputé FN "au plus près" de l'opération d'exfiltration ?

ÉCLAIRAGE - Cet eurodéputé Front national aurait été "au plus près" de l'opération d'exfiltration des deux pilotes français condamnés à 20 ans de prison en République dominicaine.

Aymeric Chauprade, eurodéputé Front national
Aymeric Chauprade, eurodéputé Front national Crédit : PIERRE ANDRIEU / AFP
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

C'est un retournement de situation inattendu. Condamnés à 20 ans de prison en République dominicaine pour trafic de drogue, les deux pilotes français arrêtés dans le cadre de l'affaire Air cocaïne ont rejoint la France. "Ils ne se sont pas évadés. Ils n'étaient pas en prison là-bas. La justice française devait les entendre depuis deux ans et demi. Ils étaient dans l'incapacité de répondre. Ils sont revenus non pas pour s'évader mais pour revenir devant la justice de leur pays", déclarait leur avocat, Me. Reinhart, à l'antenne de RTL.

Le récit de leur "évasion" reste encore flou. Selon les premiers éléments de l'enquête, ils auraient quitté la République dominicaine par bateau pour rejoindre l'île de Saint-Martin, avant de rejoindre par avion La Martinique d'où ils ont gagné, la métropole. Leur avocat a précisé à l'AFP que les deux pilotes français sont auprès de leur famille "dans la région lyonnaise".

Selon les informations de BFMTV, "un homme politique français était "au plus près" de cette opération d'exfiltration. Le nom d'un homme se détache dans cette affaire : Aymeric Chauprade. "Cet élu a travaillé durant quatre ans en République dominicaine en tant que conseiller spécial du président de la République, entre 2009 et 2012", ajoute le site.
 
L'eurodéputé Front national les soutient "depuis le début", comme il le clame. Il est "convaincu de leur innocence". Et si tous les regards se tournent vers Aymeric Chauprade, c'est parce que l'eurodéputé a posté une photo, le 21 octobre dernier, avec Pascal Fauret et Bruno Odos. Il déclare aussi avoir dîné avec les deux hommes, le samedi 17 octobre, dans un hôtel de la République dominicaine. "Ils avaient retrouvé une forte combativité et j'ai compris alors qu'ils étaient déterminés à rejoindre la France pour pouvoir se défendre. Ils étaient très motivés par la perspective de partir", raconte-t-il à l'AFP. Mais l'un des pilotes a déclaré à son sujet : "Il est dans le comité de soutien à titre personnel. Je ne le connais pas plus que ça". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Air Cocaïne Front national Faits divers
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants