1 min de lecture Justice

Agde : une mère et une grand-mère condamnées pour avoir frappé une enseignante

Elles avaient agressé une enseignante du Cap d'Agde en septembre 2019 : une mère et une grand-mère d'élève ont été condamnées à un an de prison avec sursis probatoire pendant deux ans.

Le symbole de la justice au tribunal judiciaire de Paris
Le symbole de la justice au tribunal judiciaire de Paris Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
signature paul turban
Paul Turban et AFP

En septembre 2019, convoquées dans le bureau du directeur de l'école après une bagarre entre deux élèves, une grand-mère et une mère d'élève avait agressé une enseignante au Cap-d'Agde (Hérault). Elles ont été condamnées à un an de prison avec sursis probatoire pendant deux ans par le tribunal correctionnel de Béziers, avec interdiction d'entrer en contact avec la victime et ordre de l'indemniser. 

"Si vous êtes ici, c'est parce que vous êtes coupables de l'ensemble des faits qui vous ont été reprochés. Nous n'étions pas ici pour juger cette enseignante, c'est la raison pour laquelle le tribunal est allé au-delà des réquisitions du parquet", a déclaré la présidente Nadège Larochette, à l'énoncé du jugement.  

En effet, seuls huit moins de prison dont quatre avec sursis probatoire pendant deux ans avaient été requis par le parquet. "Rien dans ce dossier ne démontre qu'il y a eu un abus d'autorité de la part de l'enseignante", a assuré le représentant du parquet.

"On a compliqué ce qui était simple. Cette enseignante a mauvaise réputation et nous avons dénoncé son comportement violent. Elle a eu des comportements de maltraitance envers des enfants. Nous avons un témoignage. Si cela a dégénéré, c'est parce qu'elle les a filmées", a au contraire affirmé dans de sa plaidoirie Maître Guy Dubuisson, l'avocat de la mère et de la grand-mère d'élève âgées respectivement de 25 et 50 ans. 

À lire aussi
Symbole de la justice (illustration) justice
Pau : prison avec sursis pour deux policiers coupables de violences sur mineur

"L'attitude des prévenues aujourd'hui démontre qu'elles n'ont absolument rien compris, s'est insurgé Maître Franck Chapuis, l'avocat de l'institutrice. C'est une enseignante victime d'insultes, de coups et de menaces de mort qui est face à elles et en réponse nous avons deux femmes qui racontent qu'on les a traitées de gitanes. Cela n’apparaît nulle part dans la procédure. C'est comme cela qu'elles se défendent : en salissant leur victime."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Faits divers Éducation nationale
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants