1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Affaire Merah : "On a oublié la mère de tous les attentats", selon le père d'une victime
2 min de lecture

Affaire Merah : "On a oublié la mère de tous les attentats", selon le père d'une victime

INVITÉ RTL - Albert Chennouf-Meyer est le père d'Abel Chennouf, militaire tué par Mohammed Merah à Montauban en 2012.

Photo d'Abel Chennouf le 15 mars 2013.
Photo d'Abel Chennouf le 15 mars 2013.
Crédit : AFP
Affaire Merah : "On a oublié la mère de tous les attentats", selon le père d'une victime
04:16
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin

"Il était temps." Albert Chennouf-Meyer, père de l'une des victimes de Mohammed Merah en mars 2012, a reçu la visite de François Hollande ce vendredi 25 novembre. Le président de la République s'est recueilli quelques instants à Manduel, dans le Gard, devant une stèle érigée en mémoire du fils d'Albert, Abel Chennouf. François Hollande avait fait la promesse, le 22 mars 2014, de s'y rendre un jour. "Celle-là au moins, il l'a tenue. (...) Je l'ai harcelé de sms jusque samedi dernier et, samedi dernier, à 20h46, il m'a répondu 'je vous l'assure, je viendrai pour la mémoire d'Abel' et il est venu", raconte le père du militaire, décédé sous les balles du terroriste. 

François Hollande a passé un long moment avec Albert Chennouf-Meyer et sa famille, dans la plus grande discrétion. "Vous étiez impatient, j'ai respecté ma parole et je suis là", a affirmé François Hollande. "Je lui ai dit 'il était temps' parce qu'il faut honorer, entretenir la mémoire de nos enfants, affirme Albert Chennouf-Meyer. On était blessés de voir que tout le monde ne parle des attentats qu'à partir de janvier 2015. On a oublié la mère de tous les attentats terroristes islamistes nouvelle formule, qui date de mars 2012", estime le père de la victime.

Les parents d'Abel Chennouf n'assisteront pas au procès

Quand il a vu le président commémorer "à juste titre" les attentats du 13 janvier, Albert Chennouf-Meyer confie avoir eu un "déclic" et a décidé d'envoyer un sms au chef de l'État. "Je lui ai dit 'vous nous faites mal. Quand je vous regarde vous recueillir sur les lieux où sont tombés les Français récemment, on se demande si Abel est respecté à sa juste valeur et s'il vaut un Parisien'", explique-t-il. 

Albert Chennouf-Meyer a fait condamner l'État français en juillet pour avoir relâché la surveillance de Merah. "Jamais de la vie" il ne regrettera d'avoir fait condamner l'État, affirme celui qui vote blanc depuis la mort de son fils. "J'ai fait condamner l'État, ses défaillances, pas les hommes. Les hommes passent, l'État et la France restent". Aujourd'hui, François Hollande se dit "serein" mais "(veut) des réponses à (sa) question". Toutefois, il l'annonce sur RTL, ni lui, ni sa femme n'assistera pas au procès "pour des gens qui veulent se donner bonne conscience" et qu'il considère comme "une mascarade".  "Que Merah (Abdelkader, frère de Mohammed, arrêté en 2012, ndlr) sorte le jour même ou dans 30 ans, cela m'est égal, ça ne me ramènera pas mon fils".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/