2 min de lecture Faits divers

Affaire Jonathan : retour sur 14 ans d'enquête

Nouveau rebondissement dans l'affaire Jonathan après que le tueur en série allemand Martin Ney a avoué le meurtre du garçonnet de 10 ans le 7 avril 2004.

Une patrouille de gendarmerie (illustration)
Une patrouille de gendarmerie (illustration) Crédit : MYCHELE DANIAU / AFP
Éleonore de Marnhac
Éléonore De Marnhac
Journaliste

Quatorze ans. C'est le temps qu'a mis Martin Ney, tueur en série allemand, à avouer le meurtre de Jonathan Coulom, 10 ans, disparu le 7 avril 2004 Jusqu'à ce qu'il se confie à son codétenu, rapporte le Parisien. Retour sur une enquête hors-norme. 

Le soir du 6 avril 2004, c'est la "boum" de la classe de mer des CM1-CM2 d'une école d'Orval (Cher), partis pour quelques jours à la station balnéaire de Saint-Brevin-les-Pins en Loire-Atlantique. Après avoir profité de la soirée, les élèves rentrent se coucher, dont le petit Jonathan Coulom, dix ans. Le lendemain matin, sa disparition est constatée. La thèse de la fugue ne tient pas, l'enfant ayant disparu sans chaussures et en pyjama. 

Rapidement, la police allemande contacte les gendarmes français, soulignant les similitudes avec "l'homme en noir", un tueur en série allemand, soupçonné d'avoir enlevé et tué des enfants dans des colonies de vacances. Une piste renforcée par un témoignage sur la présence d'une voiture immatriculée en Allemagne près du centre de vacances.

Plus d'un mois après la disparition du garçonnet, le 19 mai 2004, son corps est retrouvé flottant à la surface d’un étang, dans une propriété de Guérande, à 30 km du lieu de sa disparition. Quand les gendarmes le récupère, ils découvrent qu'il a été lesté d'un parpaing et que ses chevilles, ses poignées et son cou sont liés par des cordelettes en nylon. 

Une enquête hors-norme

À lire aussi
Elisa Pilarski et Curtis. faits divers
Mort d'Élisa Pilarski : son chien Curtis au cœur de l'enquête

S'en suit alors une enquête hors-norme. Les enquêteurs penchent en effet pour un prédateur local, le rapport d'autopsie estimant dans un premier temps que Jonathan avait été séquestré avant d'être tué. Dans ce cadre, ils vont mener de vastes tests ADN. Plus de 1.500 hommes ayant séjourné ou vivant dans la région seront ainsi prélevés. En vain. 

L'enquête piétine. C'était sans compter sur une nouvelle expertise qui démontre que Jonathan est mort quelques heures seulement après sa disparition. La thèse du prédateur étranger refait surface. Les enquêteurs se pencheront même sur les ouvriers allemands qui ont travaillé à l’époque des faits dans la région, notamment sur le chantier du paquebot Queen Mary 2 à Saint-Nazaire et sur un site d’assemblage Airbus. 

"L'homme en noir" avoue

Lorsqu'en avril 2011, la police allemande arrête son "homme en noir", qui s'appelle en réalité Martin Ney et qui est un ancien éducateur, l'affaire est relancée en France. L'homme avoue de nombreuses agressions sexuelles et le meurtre de trois garçons allemands entre 1992 et 2001 mais nie toute implication dans l'affaire Jonathan Coulom... Jusqu'à fin 2017.

Condamné à la perpétuité, Martin Ney aurait avoué à son codétenu avoir tué Jonathan, selon une information du Parisien. Le pédophile tueur se serait même étonné ne pas avoir été arrêté plus tôt puisqu'il aurait perdu en France son sac à dos en cuir avec des documents à l'intérieur. Depuis, les gendarmes ont lancé un appel à témoin afin de savoir si quelqu'un aurait pu apercevoir à l'époque, ce sac. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Meurtre Enfants
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants