1 min de lecture Justice

Affaire Grégory : celui qui héberge Murielle Bolle décrit son nouveau quotidien

Le septuagénaire décrit la nouvelle vie de l'une des principales protagonistes de l'affaire Grégory. Une vie bien loin des caméras et de son environnement familial.

Murielle Bolle, le 2 novembre 1993
Murielle Bolle, le 2 novembre 1993 Crédit : CHESNOT/SIPA
Amélie James
Amélie James

Il a proposé d'héberger Murielle Bolle dans sa résidence secondaire. Qualifié de "samaritain", cet ancien maire, désormais retraité, s'est confié dans une interview donnée au Parisien. Il décrit la nouvelle vie de Murielle Bolle, témoin-clé de l'affaire Grégory. Une vie bien loin des caméras et de son environnement familial.

Particulièrement ému par la détresse de Murielle Bolle, le septuagénaire a expliqué tenter de lui remonter le moral à base "d'écrevisses préparés à la sauce américaine", "son plat favori" paraît-il. 

La localisation de Murielle Bolle demeure secrète. Seul indice que la justice avait donné lors de sa libération : elle se trouverait dans une commune de la Nièvre, en Bourgogne. Celui qui l'héberge a précisé au quotidien qu'elle vit actuellement seule dans un appartement de 55 mètres carrés, avec "2 chambres, un séjour, un salle de bains". Le retraité précise que la décoration est principalement constituée de clichés de "Jean Gabin, Belmondo et de Bourvil". Il décrit une locataire discrète et peu expansive qui malgré tout semble se plaire dans sa nouvelle demeure. 

C’était un acte d’humanité.

Propriétaire qui héberge Murielle Bolle
Partager la citation

Cet habitant nivernais s'était manifesté spontanément par téléphone début juillet pour accueillir Murielle Bolle. Dans les colonnes du Parisien, il justifie ce choix : "Pour moi, Murielle est victime d’injustice de la vie. Alors quand j’ai appris que même l’église avait refusé de l’héberger, moi qui ne suis pas l’abbé Pierre, je me suis posé des questions. (...) C’était un acte d’humanité", a-t-il soufflé.

À lire aussi
Le Tribunal de grande instance de Reims le 22 mars 2016. Reims
Les infos de 7h30 - Reims : jugé alors qu'il a alerté les violences subies par son voisin

Sous contrôle judiciaire, Murielle Bolle doit pointer deux fois par semaine auprès des forces de l'ordre. Elle a également interdiction d'entrer en contact avec la presse ainsi qu'avec les protagonistes de l'affaire. "Si on voit son visage à la télévision, elle retourne en prison", avait précisé Me Jean-Paul Teissonnière, l'un de ses avocats.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Affaire Grégory Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants