2 min de lecture Société

Affaire de séquestration et viol à Poitiers : cinq jeunes hommes jugés

Le procès de cinq jeunes hommes jugés dans une affaire de séquestration et de viol, sous la menace d'une fausse kalachnikov, d'une jeune mère de famille, s'est ouvert mercredi.

Jamel Leulmi, le séducteur de l'Essonne est jugé à partir de ce lundi 28 avril pour assassinat et escroquerie à Evry. (image d'illustration)
Jamel Leulmi, le séducteur de l'Essonne est jugé à partir de ce lundi 28 avril pour assassinat et escroquerie à Evry. (image d'illustration) Crédit : AFP / Franck Fife
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

C'est une expédition punitive qui a mal tourné. L'affaire débute en octobre 2009, quand une lycéenne de 17 ans a demandé à son cousin d'intervenir pour faire cesser les menaces répétées dont elle se disait victime de la part d'un jeune homme. Le cousin s'était alors rendu au domicile de la compagne de ce dernier, avec une réplique de kalachnikov et trois amis, pour demander des explications. 

Mais le compagnon n'étant pas là, les accusés se seraient défoulés sur la victime, la séquestrant et la violant sous la menace d'une fausse kalachnikov. Ces quatre jeunes hommes et leur chauffeur sont jugés à partir de ce mercredi à huis clos devant la Cour d'assises de la Vienne à Poitiers

Contrainte de donner sa carte bancaire

Sur place, les accusés n'avaient trouvé que la jeune femme, âgée de 22 ans, seule avec ses quatre enfants âgés de deux mois à six ans. La jeune femme a raconté pendant l'enquête avoir d'abord été menacée avec l'arme, puis contrainte de donner sa carte bancaire et son code secret qui ont servi à débiter 120 euros. 

Forcée sous la menace de l'arme

Elle a ensuite indiqué avoir été embarquée de force jusqu'au logement de la mère de la lycéenne, puis ramenée à son appartement, et là de nouveau menacée pour révéler où se trouvait son concubin. Elle accuse deux des suspects de l'avoir alors forcée, sous la menace de l'arme, à pratiquer à chacun une fellation. Elle accuse l'un d'entre eux de l'avoir pénétrée.

À lire aussi
Mike Horn sur le rallye Dakar le 4 janvier 2020 changement climatique
Écologie : "On ne peut pas arrêter de vivre" dit l'explorateur Mike Horn sur RTL

Pour ces faits, ces deux hommes, dont l'un reconnaît ses actes mais le suspect principal nie, encourent 20 ans de réclusion criminelle.

La lycéenne à l'origine de l'expédition punitive condamnée

Au cours de l'instruction, les accusés ont régulièrement changé de version, évoquant tour à tour des pressions policières, puis des menaces exercées par le principal accusé pour justifier leurs revirements. Après avoir reconnu les faits en garde à vue, ce dernier nie a présent en bloc, accusant la police d'avoir extorqué ses aveux.

La lycéenne soupçonnée d'avoir provoqué l'expédition punitive, poursuivie pour complicité d'enlèvement et séquestration dans ce dossier, a été condamnée fin 2012 par le Tribunal pour enfants de Poitiers à 10 mois de prison avec sursis et trois ans de mise à l'épreuve. Le procès, à huis clos à la demande de la jeune mère partie civile, doit durer jusqu'à vendredi.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Faits divers Viol
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants