1 min de lecture Affaire Bettencourt

Affaire Bettencourt : une ex-secrétaire mise en examen pour faux témoignage

La plainte pour faux témoignage de François-Marie Banier est à l'origine de la mise en examen de Christiane Djenane.

Liliane Bettencourt
Liliane Bettencourt Crédit : FRANCOIS GUILLOT / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Ancienne secrétaire particulière de Liliane Bettencourt, Christiane Djenane a été mise ce mardi 21 avril en examen à Paris pour "faux témoignage" dans l'affaire Bettencourt. Ordonnée dans l'information judiciaire conduite par le juge parisien Roger Le Loire, cette mise en examen intervient cinq mois après celle de Claire Thibout, ancienne comptable de l'héritière de L'Oréal.

Le témoignage de cette dernière, au service de Liliane Bettencourt de 1995 à 2008, a pesé dans l'enquête pour déterminer si son entourage avait pu profiter de l'état de vulnérabilité de la milliardaire. Elle a réitéré ses accusations lors du procès pour abus de faiblesse qui s'est tenu à Bordeaux en début d'année, et dont le délibéré est attendu le 28 mai.

François-Marie à l'origine de la procédure

À l'origine de la procédure parisienne, une plainte pour faux témoignage lancée en 2012 contre plusieurs personnes, dont les deux employés de Liliane Bettencourt, par le photographe François-Marie Banier, un proche de cette dernière. L'ex-gestionnaire de fortune de la milliardaire, Patrice de Maistre, avait engagé une procédure similaire. Le photographe accuse notamment Christiane Djenane de faux témoignage lors de son audition à Bordeaux en novembre 2011, concernant le don fait selon elle au photographe, par Liliane Bettencourt, d'un tableau de Monet.

François-Marie Banier estime que l'ancienne secrétaire particulière a sciemment affirmé comme vrai quelque chose qu'elle ignorait dans le seul but d'accréditer l'abus de faiblesse qui lui est reproché, selon sa plainte. En février,le ministère public a notamment requis trois ans de prison ferme et 375.000 euros d'amende contre le photographe au cours du procès du volet "abus de faiblesse" à Bordeaux. Trois ans d'emprisonnement, dont 18 mois avec sursis, et 375.000 euros d'amende ont été requis contre Patrice de Maistre.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Affaire Bettencourt Justice François-Marie Banier
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants