2 min de lecture Faits divers

Affaire Benalla : qu'a dit le mis en cause lors de sa garde à vue ?

Placé en garde à vue vendredi 20 juillet, Alexandre Benalla a exposé aux policiers ses explications sur la violence de son comportement lors des défilés du 1er mai.

Alexandre Benalla (au premier plan) avec Emmanuel Macron en juin 2017
Alexandre Benalla (au premier plan) avec Emmanuel Macron en juin 2017 Crédit : CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / POOL / AFP
Olivier Boy
Olivier Boy et Clémence Bauduin

Des zones d'ombre persistent. Alexandre Benalla, le "Monsieur Sécurité" du chef de l'État, est sorti de garde à vue samedi 21 juillet et sera présenté à un juge d'instruction, de même que quatre autres suspects, ce dimanche 22 juillet. Le mis en cause a tenté de justifier son comportement lors de la manifestation du 1er mai dernier, au cours de laquelle il a molesté au moins deux personnes

Alexandre Benalla avait bien préparé ses arguments, mais il pourrait être mis en examen. Tel devrait aussi être le cas pour son ami Vincent Crase, autre collaborateur de l'Élysée, qui était également en garde-à-vue depuis deux jours. Les deux hommes devraient être présentés au juge pour ces violences exercées le 1er mai et pour s'être fait passer pour des policiers. Le magistrat pourrait décider de leur mise en examen.

Pendant sa garde à vue, Alexandre Bennalla a été coopératif. Il a parlé, expliqué que c'est son référent policier, celui qui était censé l'encadrer, qui lui a donné un brassard, un casque et un talkie-walkie. Selon nos confrères du Journal du dimanche, le collaborateur de l'Élysée estimait également que le fait qu'il ait participé aux interpellations du 1er mai était justifié, parce que les CRS étaient selon lui en grand difficulté.

À lire aussi
Le lycée Marjory Stoneman Douglas High School de Parkland, en Floride, théâtre d'une fusillade mortelle le 14 février 2018 fusillade usa
États-Unis : un autre rescapé de Parkland se suicide, à l'âge de 17 ans

Des commissaires à sa merci ?

L'enquête va continuer. Les versions des policiers ne sont pas tout à fait les mêmes, ils démentent par exemple avoir fourni le brassard. Autre point important, les deux manifestants qui ont été frappés ce jour-là par Benalla ont pu être identifiés et vont être entendus ultérieurement. 

Les trois policiers placés en garde à vue samedi 21 juillet vont aussi être présentés à un juge pour être probablement, eux aussi, mis en examen. Ils sont soupçonnés d'avoir extrait  et fourni à Alexandre Benalla les images de vidéosurveillance. Leur témoignage est très intéressant pour comprendre comment le principal mis en cause a pu avoir de tels passe-droit.

Comment un homme apparenté à la sécurité a pu conduire des commissaires importants à prendre de tel risque pour lui ? Thibault de Montbrial, l'avocat de l'un des commissaires mis en cause, a expliqué en substance, samedi 21 juillet, que Benalla affichait une telle proximité avec les grands chefs de la police parisienne, que cela lui conférait une forme d'autorité et que l'on n'osait plus contester ses ordres.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Alexandre Benalla Police
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794194170
Affaire Benalla : qu'a dit le mis en cause lors de sa garde à vue ?
Affaire Benalla : qu'a dit le mis en cause lors de sa garde à vue ?
Placé en garde à vue vendredi 20 juillet, Alexandre Benalla a exposé aux policiers ses explications sur la violence de son comportement lors des défilés du 1er mai.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/affaire-benalla-qu-a-dit-le-mis-en-cause-lors-de-sa-garde-a-vue-7794194170
2018-07-22 08:52:23
https://cdn-media.rtl.fr/cache/L_WGOCUDTRdv0MPzkq85zw/330v220-2/online/image/2018/0720/7794176850_alexandre-benalla-au-premier-plan-avec-emmanuel-macron.jpg