2 min de lecture Justice

Adolescente tuée à Nantes : il n'y a eu "aucun manquement" dans le suivi de l'accusé

L'inspection générale de la justice a transmis les premières conclusions de son enquête sur le suivi du multirécidiviste qui a avoué le viol d'une adolescente de 15 ans à Nantes.

La justice (illustration)
La justice (illustration) Crédit : JACQUES DEMARTHON / AF
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
et AFP

La question du suivi d'un multirécidiviste était posée après son arrestation pour le viol et le meurtre d'une adolescente en août, à Nantes. L'homme de 45 ans avait été libéré en 2016 après avoir purgé une peine de 18 ans de réclusion pour neuf viols, trois tentatives et une agression sexuelle commis entre 2001 et 2003.

Pour faire la lumière sur cette gestion, l'inspection générale de la justice (IGJ) a été chargée de mener l'enquête sur la mise en oeuvre du suivi socio-judiciaire. Et les premiers éléments de l'enquête ont été révélés ce vendredi 4 septembre, et indiquent qu'il n' a eu "aucun manquement et aucun dysfonctionnement" dans le suivi du multirécidiviste.

"Il ressort des premières investigations de l'inspection de fonctionnement relative au suivi socio-judiciaire de monsieur François V. conduites depuis le samedi 29 août, que le suivi de ce dossier par les autorités judiciaires et par le service pénitentiaire d'insertion et de probation (SPIP) ne présente aucun manquement et aucun dysfonctionnement", écrit le ministère de la Justice dans un communiqué publié en soirée.

Définir si la continuité des soins a été assurée

Le 29 août, l'homme avait été arrêté et mis en examen, notamment pour homicide volontaire. Il travaillait comme chef d'équipe dans une briqueterie, et a avoué aux enquêteurs avoir violé et tué la victime âgée de 15 ans, qu'il avait attirée dans un guet-apens. Le corps de la victime avait été découvert le 20 août par les pompiers. Ils avaient été appelés pour un incendie dans les combles d'une maison en travaux, dans le centre-ville de Nantes.

À lire aussi
justice
Affaire Duhamel : "Victor" Kouchner a pour la première fois porté plainte contre son beau-père

L'inspection générale de la justice, qui doit remettre son rapport final le 30 octobre, va se pencher "sur la continuité des soins assurée pendant le confinement sous l'autorité du médecin coordonnateur" de l'accusé, précise le communiqué du ministère, qui ajoute que l'IGJ travaillera "également sur les moyens de contrôle à la disposition du juge de l'application des peines en matière de suivi socio-judiciaire", ainsi que des relations de travail entre "les acteurs des mondes judiciaires et de la santé".

Lors d'une conférence de presse fin août, le procureur adjoint de Nantes, Yvon Ollivier, avait assuré que le suspect respectait l'ensemble des obligations de son suivi socio-judiciaire, notamment l'injonction de soin, et qu'il voyait "tous les deux mois" un psychothérapeute.

Créée en 2016, l'IGJ exerce notamment une mission d'inspection et de contrôle sur l'ensemble des organismes rattachés au ministère de la Justice et sur les juridictions de l'ordre judiciaire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Viol Nantes
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants