3 min de lecture Puisseguin

Accident en Gironde : où en est l'enquête ?

Le procureur de la République de Libourne s'est exprimé ce lundi, donnant de premières explications. Mais de nombreuses interrogations persistent, trois jours après le drame qui a fait 43 morts.

Puisseguin (Gironde) : des enquêteurs participent à l'enlèvement des carcasses du camion et du car le 26 octobre 2015.
Puisseguin (Gironde) : des enquêteurs participent à l'enlèvement des carcasses du camion et du car le 26 octobre 2015. Crédit : MEHDI FEDOUACH / AFP
Julie Coste
et AFP

Les enquêteurs ont fait un point très attendu, ce lundi 26 octobre à Libourne (Gironde), sur l'avancée de l'enquête sur les circonstances de l'accident qui a fait 43 morts vendredi à Puisseguin. Pourquoi le camion s'est-il déporté de sa voie, en plein virage, pour aller percuter l'autocar ? La vitesse, l'état de la chaussée ou encore le manque de visibilité, à 7h30 du matin, pourraient être en cause. 

Ces trois premiers jours d'enquête ont permis d'éclairer certains points de la collision entre le camion et l'autocar, comme l'embrasement rapide. Mais des questions restent en suspens sur les causes initiales, après la conférence de presse du procureur de Libourne Christophe Auger et du directeur de l'Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale (ICRGN), le colonel Patrick Touron.

Enquête sur les deux chauffeurs

Concernant les véhicules, des recherches sont en cours au niveau des sociétés propriétaires de l'autocar, du tracteur et de la semi-remorque du camion, et des employeurs des chauffeurs. Des perquisitions ont eu lieu pour "saisir tout document ou éléments techniques relatifs à l'acquisition, la maintenance et l'utilisation des véhicules impliqués". Des "pièces relatives à la formation, la qualification professionnelles des chauffeurs, leur emploi du temps et les données horaires de leur trajet programmé le jour de l'accident" ont aussi été collectées.

Le chauffeur du car a été entendu, comme les sept autres rescapés - dont quatre restent hospitalisés. Mais "il est trop tôt pour porter un jugement sur ses déclarations", selon le procureur. Une chose est sûre : il était sobre au moment de l'accident. Ses "analyses toxicologiques et d'imprégnation alcooliques se sont avérées négatives". 

Le camion s'est déporté à gauche

À lire aussi
L'avant de l'autocar calciné qui est entré en collision avec un camion à Puisseguin (Gironde) le 23 octobre 2015 faits divers
Accident de Puisseguin : un réservoir du camion mis en cause

Quant à la collision, "le chauffeur du poids lourd, qui circulait dans le sens de la montée vers le village de Puisseguin, s'est déporté sur la voie de gauche alors que la portion de route était sinueuse à cet endroit, commme indiqué par un panneau de signalisation, invitant à la prudence 150 mètres avant un premier virage" et un panneau similaire dans l'autre sens de circulation, selon le procureur. 

>
Puisseguin (Gironde) : les deux carcasses retirées de la route Crédit Image : dailymotion | Crédit Média : Elodie Le Maou, MC / AFPTV / AFP | Date :

"Le côté gauche de la cabine du camion a percuté le côté gauche du car", précise l'expert de la gendarmerie. Des "traces de ripage et de freinage visibles au sol à l'arrière du poids lourd" suggèrent que "le chauffeur a tenté en vain de redresser la trajectoire du camion". Celui-ci roulait à une vitesse dont les expertises en cours permettront de dire "si elle était adaptée à l'état de la chaussée, en partie humide à cette heure du jour, et manquant de visibilité avec une nuit non dissipée à cette époque de l'année", souligne le procureur. 

Les enregistreurs de vitesse très endommagés

Les chronotachygraphes (les "boîtes noires" des véhicules) ont été retrouvés. Mais celui du camion est "complètement brûlé", notamment "les circuits". L'enregistreur de vitesse du car, qui se "trouvait à l'intérieur de l'habitacle, a été exposé à des flammes sur une longue durée", indique le colonel Touron. Ces appareils "ne disposent pas des mêmes protections que celles des boîtes noires des aéronefs et l'exploitation de leurs composants éléctroniques s'avère plus que délicate", explique le procureur Christophe Auger. 

On sait désormais pourquoi les deux véhicules se sont embrasés très vite. "Une tige métallique d'un peu plus d'un mètre qui se trouvait à l'intérieur de l'habitacle" a, sous le choc, "perforé et traversé la carrosserie du tracteur (du camion) et éventré le réservoir additionnel de carburant situé juste derrière la cabine". Ce percement a provoqué "les conditions requises pour la création d'un 'nébulisat', une projection de fines gouttelettes" de gazole. Or "un nébulisat de pétrole s'enflamme très facilement par une flamme ou un point chaud".

L'incendie s'est propagé très rapidement

Cette projection de gazole "se serait enflammée au contact d'une surface chaude telle qu'un élément d'échappement, de mécanique, ou de toute autre forme d'énergie que les experts détermineront, avant de se répandre sur le pare-brise de l'autocar, qui s'est brisé et affaissé". Ce qui a facilité "l'introduction du carburant enflammé dans l'habitacle et initi(é) un incendie, qui s'est vraisemblablement propagé très rapidement à l'ensemble du car", précise encore le représentant du parquet. 

Enfin, l'identification des victimes est en cours. Y travaillent l'IRCGN et l'Institut-médico légal de Bordeaux, qui effectuent des comparaisons d'ADN. Cette identification devrait prendre "une dizaine de jours", selon le procureur - "sauf élément particulier concernant une personne, une famille qui pourrait prolonger ce délai". Une information judiciaire pour "homicide involontaire par conducteur de véhicule terrestre" devrait être ouverte en fin de semaine prochaine, "après que les corps auront été remis aux familles". 

>
Puisseguin : selon le procureur, le camion s'est déporté sur la gauche et une pièce métallique a "transpercé" un réservoir Crédit Image : RTL | Crédit Média : Guillaume Chieze | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Puisseguin Gironde Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7780263852
Accident en Gironde : où en est l'enquête ?
Accident en Gironde : où en est l'enquête ?
Le procureur de la République de Libourne s'est exprimé ce lundi, donnant de premières explications. Mais de nombreuses interrogations persistent, trois jours après le drame qui a fait 43 morts.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/accident-en-gironde-le-camion-s-est-deporte-sur-la-gauche-une-piece-metallique-a-transperce-un-reservoir-annonce-le-procureur-7780263852
2015-10-26 21:17:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/vXYCc_mfO9K8p1naRbknVQ/330v220-2/online/image/2015/1026/7780266572_puisseguin-gironde-des-enqueteurs-participent-a-l-enlevement-des-carcasses-du-camion-et-du-car-le-26-octobre-2015.jpg