1 min de lecture Brétigny-sur-Orge

Accident de Brétigny : la conception de l'aiguillage mise en cause dans le drame

REPLAY / ÉCLAIRAGE - Faute de moyens, les travaux nécessaires n'auraient jamais eu lieu. Des cheminots sont soupçonnés d'avoir dissimulé certaines anomalies.

Calvi-245x300 RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Accident de Brétigny : la conception de l'aiguillage mise en cause Crédit Image : KENZO TRIBOUILLARD / AFP | Crédit Média : Cindy Hubert | Durée : | Date : La page de l'émission
Cindy Hubert et Clémence Bauduin

Les éléments de l'enquête le prouvent désormais : une succession de fautes a conduit à la catastrophe de Brétigny-sur-Orge. En juillet 2013, le déraillement d'un train Intercités a fait 7 morts et 30 blessés. Ce lundi 9 mai, dans l'après-midi, des proches des victimes et les juges se rencontrent pour essayer de mieux comprendre ce qui s'est passé. Les derniers éléments qui filtrent épinglent non seulement la maintenant mais également la conception-même de l'aiguillage, selon les informations du Parisien.

Pour comprendre un tel drame, il convient de remonter plus de 20 ans en arrière. En fait, l'infrastructure a été réalisée sur un terrain qui contient de la glaise. Le gros chantier s'établit à Brétigny en 1991. Vingt ans plus tard, un expert rend un rapport explosif : le trafic important et l'imbrication de nombreux appareils sont pour partie à l'origine d'une "situation où on ne maîtrise plus grand chose, écrit-il. L'aiguillage a été mal installé. Il faudrait tout reposer correctement." Faute d'argent, rien ne change et la refonte complète du secteur ne sera jamais réalisée. 

Des documents volatilisés

Outre cette gestion inexistante, des soupçons de falsification, pour tenter de masquer le manque de contrôles, se greffent également à l'enquête. Les juges en sont désormais certains : personne n'a contrôlé une partie de l'aiguillage pendant 5 ans. La partie en question, endommagée, est le cœur de traversée droit : elle est directement à l'origine de l'accident. En 2008, la fissure fait déjà 10 millimètres mais tous les agents passent à côté. Personne ne surveille son évolution.

Pour masquer cette faute, des cheminots auraient modifié des documents et seraient allés jusqu'à produire des faux. C'est en tous cas les soupçons des magistrats. Plus graves peut-être, les juges estiment que certaines vérifications lourdes, approfondies de la voie, obligatoires tous les 3 ans, n'ont pas été faites. Des attestations seraient incomplètes, d'autres se seraient tout bonnement volatilisées.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Brétigny-sur-Orge Accident Trains
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants