1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. 300 personnes atteintes de la maladie de Lyme portent plainte contre l'État
1 min de lecture

300 personnes atteintes de la maladie de Lyme portent plainte contre l'État

La plainte groupée contre l'État, l'Agence nationale du médicament (ANSM) et le Centre national de référence (CNR) de Strasbourg devrait être déposée début janvier 2018.

La tique, vecteur de la maladie de Lyme
La tique, vecteur de la maladie de Lyme
Crédit : AFP / BERTRAND GUAY
Marie Zafimehy & AFP

300 personnes atteintes de la maladie de Lyme ont décidé de porter plainte contre l'État, l'Agence nationale du médicament (ANSM) et le Centre national de référence (CNR) de Strasbourg. Leur principale revendication : de meilleurs tests de dépistage que ceux utilisés actuellement, qui ne détectent que 3 à 5 bactérie de la maladie - alors qu'il en existe une dizaine.

"Ce sont avant tout des malades qui, pour certains, ont engagé des procédures pour faire reconnaître la responsabilité civile des laboratoires et qui sont révoltés par certaines déclarations selon lesquelles la maladie n'existe pas ou de manière marginale", a déclaré à l'AFP Julien Fouray confirmant une information de RMC révélée mercredi 20 décembre. Avec sa consœur Catherine Faivre, il compte porter ces dossiers début janvier.

"Ce n'est qu'une première vague", a-t-il ajouté. Les plaignants reprochent "des conflit d'intérêt et une violation des règles d'indépendance en matière d'expertise", un "trafic d'influence", des "abus de biens sociaux et recel d'abus de biens sociaux" et une "mise en danger de la vie d'autrui".

C'est un cri d'alarme, une manière de placer l'État face à ses responsabilités"

Maître Fouray

La plainte ne serait pas la première. Les deux avocats représentent en effet déjà des patients qui poursuivent cinq laboratoires au civil (DiaSorin, BioMérieux, Siemens, Euroimmun et Bio-Rad). En février, une malade résidant dans le Cantal et défendue par un autre avocat, Philippe Meilhac, avait porté plainte, également à Paris, pour "tromperie aggravée"

Cela avait abouti à une enquête préliminaire, toujours en cours, du Pôle santé publique du parquet, selon une source proche du dossier. Pour Me Fouray, cette nouvelle plainte pénale "est un cri d'alarme, une manière de placer l'État face à ses responsabilités" et "de demander mesures d'urgence, comme d'écarter certains responsables qui n'ont plus l'indépendance nécessaire". 

À lire aussi

La maladie de Lyme, infection transmise par les tiques, peut provoquer de nombreux troubles invalidants et douloureux. D'un diagnostic difficile, elle a longtemps été sous-estimée et le ministère de la Santé a relevé en 2016 son estimation du nombre de cas en France à 55.000, contre 33.000 l'année précédente. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/