1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. 13 novembre : comment soigner les blessures psychologiques ?
1 min de lecture

13 novembre : comment soigner les blessures psychologiques ?

Pour venir en aide aux victimes traumatisées par les attentats, les hôpitaux de Paris ont expérimenté un protocole de soins révolutionnaire, qui pourrait être élargi à d'autres victimes.

Un mémorial pour les victimes près du Petit Cambodge le 20 novembre 2015.
Un mémorial pour les victimes près du Petit Cambodge le 20 novembre 2015.
Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
13 novembre : comment soigner les blessures psychologiques ?
01:26
Nicolas Burnens & Nicolas Skopinski

Confrontés à des victimes des attentats, les hôpitaux de Paris ont expérimenté un protocole de soins révolutionnaire. Victoria, infirmière secouriste de 24 ans en a bénéficié. Deux ans après les attentats du 13 novembre, elle est toujours traumatisée par son intervention sur la terrasse du Petit Cambodge. "On est rarement habitué à être dans des situations où il y a autant de victimes. Qui est-ce qu'on sauve ? Qui est-ce qu'on ne peut pas sauver ? Le plus dur, c'est de se demander derrière si les choix ont été bons…"

À chaque séance, la jeune femme avale un comprimé pour atténuer sa charge émotionnelle et pouvoir raconter son histoire par écrit.  Après six semaines de traitement, les résultats sont concluants. "Aujourd'hui, je pourrais raconter ma situation sans pleurer, sans me sentir mal, sans avoir de bouffées de chaleur. Mais le souvenir est toujours là", explique-t-elle au micro de RTL.

70% de réussite

Le but de la thérapie n'est d'ailleurs pas de faire disparaître le souvenir. "Je veux juste que ce souvenir soit interprété de façon positive. J'ai appris à ne pas avoir de regrets et à être fière des gestes que j'avais faits", poursuit-elle.

200 victimes d'attentats ont été prises en charge en France. Ce traitement est efficace dans 70% des cas, selon le docteur Bruno Millet. "Il offre l'avantage de la simplicité. Le traitement médicamenteux est facile à administrer et la technique de soins est facile à s'approprier pour les patients", annonce-t-il. Les hôpitaux de Paris envisagent d'élargir ce traitement à d'autres victimes, à l'image des militaires traumatisés de guerre.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/