1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. 13 novembre 2015 : "J’ai dû apprendre à vivre avec un nouveau visage", confie Gaëlle
2 min de lecture

13 novembre 2015 : "J’ai dû apprendre à vivre avec un nouveau visage", confie Gaëlle

PODCAST - Gaëlle était avec son compagnon au Bataclan. Touchée par deux balles, au bras et à la mâchoire, son visage est depuis ce soir-là en reconstruction. "Vous êtes une gueule cassée, on va vous réparer", lui a dit le chirurgien.

Gaëlle et son visage à reconstruire
Gaëlle et son visage à reconstruire
Crédit : Lou Rihn
MÉMOIRES DU 13 NOVEMBRE - 5. Gaëlle, et son visage à reconstruire
20:29
Cindy Hubert & Nicolas Burnens - édité par Cassandre Jeannin

On se souvient tous de notre 13 novembre 2015. De l'instant précis où nous avons appris que des attaques étaient en cours à Paris et à Saint-Denis. Que reste-t-il de nos souvenirs ? Comment se relever ? Comment juger l'horreur ? Policiers, rescapés, médecins… Ils nous racontent cette nuit d'effroi dans le podcast Mémoires du 13 novembre.

Dans ce cinquième épisode, vous allez écouter Gaëlle. Elle était avec son compagnon Mathieu au Bataclan. Cette jeune mère de famille a été touchée par deux balles, au bras et à la mâchoire. Depuis, son visage est entre les mains des chirurgiens. Cette longue épreuve a bouleversé son parcours professionnel. À 39 ans, cette ancienne cheffe de projet marketing est sur le point de terminer une formation d'ergothérapeute.

"J’ai dû apprendre à vivre avec un nouveau visage". Cette phrase résume le long chemin qu'elle parcourt depuis le 13 novembre. Ce soir-là, elle confie qu’elle "a une drôle d’impression", trouvant "la rue hyper calme" en sortant du métro. Tombée au sol pendant l'attaque, elle raconte : "J’ai vécu un peu trop la scène parce que je suis restée consciente. J’aurais peut-être préféré ne pas l’avoir été. Je vois un charnier autour de moi et je ne sais pas quoi faire".

Je n’ai pas envie d’effacer ma vie, j’ai envie de la vivre

Gaëlle

"J’ai fait la morte et en même temps j’avais la moitié de mon visage qui était arraché donc je touchais ma joue (…) Je me disais si je tousse, c’est mort", confie-t-elle. Elle explique qu'elle ne ressent pas la douleur et qu'elle voit sa vie défiler avant d’avoir des hallucinations, imaginant que son fils lui parle. 

En réanimation, elle raconte avoir "l’impression d’être dans un vaisseau spatial", sans notion du temps, sans pouvoir parler. Quelques jours plus tard, le chirurgien lui dit : "Vous êtes une gueule cassée, on va vous réparer, on va vous reconstruire un visage. Vous en aurez pour environ deux ans". "Ça va faire 6 ans, ce n’est toujours pas fini", ajoute-t-elle. Elle poursuit le récit de sa lente reconstruction depuis, avec une "opération en moyenne tous les deux mois" et sa reconversion professionnelle. "Je n’ai pas envie d’effacer ma vie, j’ai envie de la vivre", conclut-elle. 

À lire aussi


>> 13 novembre 2015 : le procès du siècle : retrouvez toutes les interviews, les comptes-rendus d'audiences et les éclairages de la rédaction de RTL sur les attentats du 13 novembre, ainsi que les témoignages exclusifs Mémoires du 13 novembre. .

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/