2 min de lecture Avortement

IVG : le cardinal Barbarin craint "une dérive eugéniste", comme "en Grande-Bretagne"

INVITÉ RTL - Le cardinal de Lyon Philippe Barbarin a critiqué la récente modification de la loi Veil par le Parlement français. Il dénonce un risque de "dérive eugéniste".

Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Le Cardinal Philippe Barbarin : "François Hollande et le pape François vont aborder les grands sujets" Crédit Image : AFP | Crédit Média : Jean-Michel Aphatie | Durée : | Date : La page de l'émission
Raphaël Bosse-Platière
Raphaël Bosse-Platière
Journaliste RTL

Quelques jours après la suppression de la notion de "détresse" dans la loi Veil sur l'avortement, le cardinal Barbarin était l'invité de RTL vendredi 24 janvier.

"Je trouve que cela est un refus de la génération suivante, a réagit l'archevêque de Lyon. Et puis pire encore : par derrière vous avez quelque chose qui va faire la suppression des petites filles. Je me rappelle d'un dialogue public avec Axel Kahn. Il a dit : 'ce qui m'horrifie dans cette disposition, c'est que l'on va supprimer des petites filles rien que parce qu'elles sont des petites filles', se souvient Phlippe Barbarin. C'est déjà le cas en Grande-Bretagne, en Inde ; la France n'est pas au-dessus des pays voisins, a-t-il estimé. Et cela, tout le monde le voit venir. Alors on fait un grand silence, mais c'est quelque chose qui est véritablement une horreur", a-t-il déclaré.

Vous avez une dérive eugéniste risquée qui est grave, et que vous constatez en Inde, en Chine, en Grande-Bretagne

Philippe Barbarin, cardinal de Lyon
Partager la citation

Interrogé par Jean-Michel Aphatie, pour savoir s'il pense que les femmes françaises avorteront plus fréquemment lorsqu'elles attendent des filles, le cardinal a répondu : "Vous avez une dérive eugéniste risquée qui est grave, et que vous constatez en Inde, en Chine, en Grande-Bretagne. C'est quelque chose qui m'horrifie. Ce qui est fondamental, c'est qu'une vie, lorsqu'elle est là, on la respecte. D'ailleurs c'est un principe de la République française. Dans le code civil il est écrit que la République s'engage à protéger la vie dès son commencement".

Je dis non : on n'est pas maître de son corps

Philippe Barbarin, cardinal de Lyon
Partager la citation

Avec la récente modification de la loi Veil de 1975, "nous disons 'chacun fait ce qu'il veut, il est maître de son corps'", estime Philippe Barbarin. "Eh bien je dis non : on n'est pas maître de son corps, on na va pas dire à un enfant de se mutiler".

La miséricorde de Dieu est plus grande que nos difficultés humaines ou que nos propres péchés

Philippe Barbarin, cardinal de Lyon
Partager la citation
À lire aussi
Une manifestation pour le droit à l'avortement à Marseille, le 8 mars 2018 droits des femmes
IVG : que changerait la suppression de la double clause de conscience des médecins ?

L'archevêque de Lyon a rappelé que "dépénaliser [l'avortement], faire attention aux personnes en état de détresse, ça c'est sûr, il faut vraiment le faire". Il est nécessaire selon lui de "toujours avoir une attention et une délicatesse" envers ces personnes, a-t-il insisté. "D'ailleurs dans l’Église, lorsque nous étions face à cette question de l'avortement avec des gens qui l'avaient vécu, nous essayons toujours de montrer que la miséricorde de Dieu est plus grande que nos difficultés humaines ou que nos propres péchés".

>
Le Cardinal Philippe Barbarin : "François Hollande et le pape François vont aborder les grands sujets" Crédit Média : Jean-Michel Aphatie | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Avortement Info Religions
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants