2 min de lecture Afrique

Zimbabwe : une scène de vie banale en plein coup de force contre Mugabe

Tandis que le pays traverse une crise politique complexe qui menace la présidence de Robert Mugabe, une photo de l'AFP illustre le quotidien, inchangé, des Zimbabwéens.

Simon_245 Le Son de l'Image Simon Buisson iTunes RSS
>
Au Zimbabwe, le quotidien inchangé des habitants Crédit Image : Jekesai Njikizan / AFP | Crédit Média : Simon Buisson | Durée : | Date : La page de l'émission
micro générique
La rédaction numérique de RTL

La situation reste pour le moins confuse au Zimbabwe, après le coup de force contre le président Mugabe. Une photo prise à Harare, sa capitale, en témoigne. Elle évoque Tian'anmen, ou encore l'entrée des chars russes dans Prague en 1968, mais nous sommes bien mercredi 15 novembre sur un boulevard d'Harare. Deux jeunes filles traversent comme si de rien n'était. Elles portent leur sac à dos pour aller en cours. Scène banale. Mais, à leur gauche, un char de l'armée stationne. Canon pointé.

Sur le véhicule, deux soldats discutent. Un troisième monte la garde. L'image est signée par le photographe de l'AFP Jekesai Njikizana. "Il ne s'agit pas d'un coup d'État", assurent les militaires qui interviennent dans la nuit à la télévision. Si ce n'est pas un coup d'État, ça y ressemble en apparence. Les militaires ont pris le contrôle de la capitale. Le président du pays, Robert Mugabe, est détenu chez lui.

Cette population qui vaque à ses occupations, opposée à un régime qui vacille... Un net contraste. "La vie continue, les gens attendent, considérant de toute façon que ça ne peut peut-être pas être pire, que cette situation ne changera pas grand chose à leur vie quotidienne. La population en général voit surtout la dégradation complète de la situation économique depuis quelques années", analyse Virginie Roiron, spécialiste du Zimbabwe et maître de conférence à Sciences Po Strasbourg. 

Grace Mugabe au cœur du problème

Mais à 93 ans, Robert Mugabe n'entend pas lâcher le pouvoir. Celui qui tient les rênes du pays depuis 37 ans se livre à un véritable bras de fer avec les militaires. Il a fait sa première apparition publique depuis mercredi ce vendredi 17 novembre au matin. Alors que les tractations se poursuivent en coulisses.

À lire aussi
Les chutes Victoria sont victimes de la pire sécheresse depuis un siècle en Afrique australe et de l'assèchement du Zambèze. climat
L'inquiétude grandit autour des chutes Victoria, fortement asséchées

C'est le limogeage du vice-président Emmerson Mnangagwa qui a mis le feu au poudre au début du mois de novembre. Robert Mugabe voulait imposer à sa place son épouse, la très impopulaire et extravagante Grace. "Ce n'est pas une révolution, ce n'est pas un coup d'État, explique Virginie Roiron. L'objectif était de se débarrasser de Grace Mugabe. (...) C'est quand même la première fois que l'armée, qui était avec (Robert Mugabe), s'oppose à lui". Plusieurs proches du président zimbabwéen ont été arrêtés, lui est rentré dans son pays, où une élection présidentielle reste, normalement, prévue l'année prochaine.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Afrique Zimbabwe International
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants