1 min de lecture Animaux

Zimbabwe : une bactérie à l'origine de la mort de plusieurs éléphanteaux

La mort de plusieurs éléphanteaux âgés de 2 à 6 ans a été attribuée à une bactérie par les autorité du Zimbabwe. Le manque de nourriture pourrait être en cause.

Des éléphants sauvages (illustration)
Des éléphants sauvages (illustration) Crédit : AMAURY HAUCHARD / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
et AFP

La cause de la mort de douze éléphanteaux aux alentours de la plus grande réserve du Zimbabwe a été définie, ont indiqué mardi 1er septembre les autorités locales responsables de la faune sauvage. Retrouvées en fin de semaine passée, les animaux ont succombé à une infection bactériologique. Elles se trouvaient dans la forêt de Pandamasuwe (Ouest), entre le parc de Hwange, près de la frontière avec le Botswana, et la ville de Victoria Falls.

Dans un premier temps, les gardes forestiers avaient craint un empoisonnement des éléphanteaux âgés de deux à six ans. Une pratique à laquelle ont parfois recours les braconniers, mais dans ce cas les animaux avaient toujours leurs défenses. Par ailleurs, aucun autre animal, y compris les vautours, n'avait été atteint. 

"J'ai un rapport qui indique qu'il s'agit d'une infection bactériologique", a affirmé à l'AFP le porte-parole de l'Autorité en charge des parcs nationaux, Tinashe Farawo. Ces animaux étaient trop petits pour atteindre les feuilles en haut des arbres et ont sans doute ingéré ces bactéries en broutant des plantes vénéneuses, a-t-il expliqué.

Une surpopulation problématique

La situation devient parfois problématique au Zimbabwe, où on enregistre 84.000 éléphants, mais avec une capacité écologique qui en théorie ne peut dépasser les 50.000 individus. Une surpopulation qui a pu amener à l'infection bactériologique des douze éléphanteaux. Les animaux "se trouvent dans une telle surpopulation que leur végétation de prédilection a disparu et ils finissent par manger n'importe quoi, y compris des plantes vénéneuses", avait déjà expliqué Tinashe Farawo.

À lire aussi
Une tortue luth photographiée le 4 juillet 2019 en Guyane (illustration). Équateur
Découverte d'un nid de tortue luth, espèce en voie d'extinction, en Équateur

Dans la réserve de Hwange, qui compte entre 45.000 et 53.000 éléphants sur quelque 14.600 km2, nombre d'entre eux sont ainsi morts de faim et de soif ces dernières années. En 2013, au moins 300 éléphants y étaient aussi morts d'empoisonnement près des points d'eau de la réserve.

Au Botswana voisin, qui compte 130.000 éléphants en liberté, soit la plus importante population au monde, la mort mystérieuse cette année de plus de 300 pachydermes a été attribuée à des toxines naturelles.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Animaux Zimbabwe
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants