2 min de lecture Wikileaks

WikiLeaks : la Maison Blanche assure ne pas cibler les communications de François Hollande

Les trois derniers présidents français auraient été espionnés par les États-Unis, au moins de 2006 à 2012, selon des documents WikiLeaks publiés mardi 23 juin.

François Hollande le 17 juin 2015 à Paris
François Hollande le 17 juin 2015 à Paris Crédit : ETIENNE LAURENT / POOL / AFP
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et AFP

La Maison Blanche a assuré mardi 23 juin, au soir qu'elle ne ciblait pas les communications du président français François Hollande et qu'elle ne le ferait pas, après la publication d'informations selon lesquelles les États-Unis ont espionné les trois derniers présidents français

"Nous ne ciblons pas et nous ne ciblerons pas les communications du président Hollande", a indiqué à l'AFP Ned Price, porte-parole du Conseil de sécurité nationale (NSC), sans autres précisions sur les opérations qui ont pu être menées dans le passé. "Nous travaillons étroitement avec la France sur tous les sujets de dimension internationale et les Français sont des partenaires indispensables", a-t-il ajouté. 

e manière générale, nous ne menons pas d'opérations de surveillance à l'étranger sauf s'il existe un objectif de sécurité nationale spécifique et validé

Ned Price, porte-parole du Conseil de sécurité nationale
Partager la citation

Un peu plus tôt, l'exécutif américain s'était refuser à commenter - ou à démentir - les informations selon lesquelles les États-Unis avaient espionné, au moins entre 2006 et 2012, les trois derniers présidents français, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande. "De manière générale, nous ne menons pas d'opérations de surveillance à l'étranger sauf s'il existe un objectif de sécurité nationale spécifique et validé", avait-il souligné, avant d'ajouter : "Cela s'applique aux citoyens ordinaires comme aux dirigeants mondiaux". 

Des réunions secrètes

Après la diffusion de ces informations par le quotidien Libération et le site Mediapart, qui s'appuient sur des documents de WikiLeaks, François Hollande a décidé de réunir mercredi matin un "Conseil de défense" pour "évaluer la nature" de ces informations. Les écoutes de Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande par l'agence de renseignement américaine NSA constituent en elles-mêmes la principale information délivrée par les deux médias, les documents publiés ne contenant pas de révélations fracassantes. 

À lire aussi
Julian Assange, le 1er mai 2019 à Londres Wikileaks
Julian Assange : Washington annonce 17 nouvelles inculpations

Le document le plus récent date du 22 mai 2012, soit quelques jours après l'entrée en fonction de François Hollande. Il fait état de réunions secrètes destinées à discuter d'une éventuelle sortie de la Grèce de la zone euro. Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a cependant affirmé que d'autres révélations viendraient prochainement.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Wikileaks États-Unis François Hollande
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7778854034
WikiLeaks : la Maison Blanche assure ne pas cibler les communications de François Hollande
WikiLeaks : la Maison Blanche assure ne pas cibler les communications de François Hollande
Les trois derniers présidents français auraient été espionnés par les États-Unis, au moins de 2006 à 2012, selon des documents WikiLeaks publiés mardi 23 juin.
https://www.rtl.fr/actu/international/wikileaks-la-maison-blanche-assure-ne-pas-cibler-les-communications-de-francois-hollande-7778854034
2015-06-24 06:54:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/eS04ZwgM9vOXsCgOcYFP1Q/330v220-2/online/image/2015/0619/7778804176_francois-hollande-le-17-juin-2015-a-paris.jpg