3 min de lecture États-Unis

VIDÉOS - Le pape François anime une gigantesque messe à New York

Le souverain pontife a donné une messe géante devant 20.000 personnes au Madison Square Garden vendredi.

>
La messe du pape François au Madison Square Garden à New York, le 25 septembre 2015 Crédit Image : VINCENZO PINTO / AFP | Crédit Média : -- / POOL / AFP | Date :
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

À New York, le Madison Square Garden est habituellement réservé aux concerts des plus grands artistes. Il a d'ailleurs accueilli Madonna cette semaine. Mais c'est un autre style de célébrité qui a rempli la célèbre salle vendredi. Le pape François a attiré quelque 20.000 fidèles pour une messe géante.

Cet événement était le clou d'une journée forte en contrastes et symboles. Durant la messe, le pape a célébré l'espérance et appelé à la solidarité. Un discours qui a déclenché deux "standing ovations". Le souverain pontife, âgé de 78 ans, n'était jamais venu dans la plus grande ville américaine, coeur de la finance aux inégalités vertigineuses, mais aussi terre d'adoption de milliers d'immigrants. Il a salué la diversité culturelle des grandes villes, mais aussi souligné qu'il n'est "pas toujours facile" d'y vivre. Le pape pense notamment aux "personnes qui ne semblent pas appartenir (à ces grandes villes) : l'étranger, l'enfant sans instruction, ceux qui sont privés d'assurance médicale, le sans-logis, le vieillard délaissé". Il a incité les New-Yorkais à aller à leur rencontre, à "sortir sans peur", pour "rencontrer les autres là où ils sont vraiment", et à choisir l'espérance, "libératrice".

Visite d'une école à Harlem

Au deuxième jour de sa visite à New York, le pape a aussi pris le temps de visiter une école catholique de Harlem. Il a longuement discuté avec les élèves de l'école primaire "Our Lady, Queen of Angels", évoquant avec eux Martin Luther King. "Il a dit un jour : j'ai fait un rêve. Son rêve était que beaucoup d'enfants aient les mêmes chances", leur a-t-il déclaré. "Aujourd'hui nous voulons continuer à rêver, ne pas perdre l'espoir d'un monde meilleur avec de meilleures opportunités", a-t-il aussi lancé aux enfants ravis, dont certains n'ont pas hésité à se jeter dans ses bras.

Le pape François a ensuite traversé une partie de Central Park en papamobile, acclamé par quelque 80.000 personnes, choisies par tirage au sort. Comme la veille sur la 5e avenue, certaines étaient arrivées de longues heures à l'avance, pour l'apercevoir. "Je ne suis pas catholique. Je suis là parce que le pape demande de servir la communauté et que je suis moi-même bénévole, a expliqué dans la foule Indira Fraser, une comptable invitée par une amie. C'est le pape du peuple, il s'adresse à tout le monde". 

>
Une haie d'honneur pour le pape dans Central Park Crédit Image : dailymotion | Crédit Média : William Edwards / AFPTV / AFP | Date :

Acclamé à l'ONU

À lire aussi
Un homme tenant son téléphone portable (illustration). États-Unis
États-Unis : un message d'alerte au séisme sur téléphone en cas de secousses

Le souverain pontife avait commencé sa journée devant les dirigeants du monde réunis à l'ONU, évoquant avec solennité les thèmes qui lui sont chers. Il a dénoncé la "crise écologique, qui peut mettre en péril l'existence même de l'humanité". Il appelle aussi à un système économique plus juste. Il demande enfin aux dirigeants d'assurer à leur peuple un "minimum absolu (...) : logement, travail et terre". Il souhaite aussi que soient respectés, sur "le plan spirituel, la liberté de pensée, qui comprend la liberté religieuse, le droit à l'éducation, notamment des filles, et les autres droits civiques". 

Certains cherchent à promouvoir une colonisation idéologique à travers l’imposition de modèles et de styles de vie anormaux.

le pape François
Partager la citation

Mais il a aussi répété son opposition au mariage des homosexuels. À la tribune de l'ONU, il s'en est pris à ceux qui cherchent à "promouvoir une colonisation idéologique à travers l’imposition de modèles et de styles de vie anormaux, étrangers à l’identité des peuples et, en dernier ressort, irresponsables". Il demande aux Nations unies de reconnaître "une loi morale inscrite dans la nature humaine elle-même, qui comprend la distinction naturelle entre homme et femme".

Le pape François se rend ce samedi à Philadelphie, dernière étape de son voyage de six jours aux États-Unis, pour clôturer une rencontre mondiale des familles.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis New York Pape François
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants