2 min de lecture Pédophilie

VIDÉO - “La pédophilie, je peux comprendre, (...) des enfants cherchent de l’affection”, dit un prêtre italien

Lors d'une interview à la télévision italienne, un prêtre a justifié la pédophilie, provoquant la polémique en plein synode sur la famille.

>
Il prete che giustifica i pedofili Crédit Image : Capture / LA7 |
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

L'argumentaire en a refroidi plus d'un. Lors d'une interview télévisée pour nos confrères italiens de LA7, Don Gino Flaim, prêtre de la ville de Trente (Italie) a causé une onde de choc en plein synode sur la famille. Interrogé sur la révélation de l'homosexualité du prêtre polonais Krzysztof Charamsa qui a présenté son compagnon à la télévision avant le synode et appelait l'Église a plus de tolérance, le clerc tridentin a dérapé sur le sujet de la pédophilie.

“La question de l’homosexualité dans l’Église, c’est un problème réel ?”, demande la journaliste. "Je ne sais pas, répond Don Gino Flaim. La pédophilie, je peux comprendre. L’homosexualité, je ne sais pas. Je suis beaucoup allé dans les écoles, les enfants, je les connais et malheureusement il y a des enfants qui cherchent de l’affection parce qu’ils n’en reçoivent pas chez eux. Ils peuvent parfois tomber sur un prêtre qui cède et ça, je peux le comprendre." La journaliste relance alors le prêtre afin qu'il précise sa pensée : "Donc ce seraient les enfants qui…" ; "En bonne partie, oui", assène-t-il.

Interdit de prêche

"Donc les accusations à l’égard de la pédophilie sont injustifiées ?", continue la reporter. Réponse : "C’est un péché, et comme tous les péchés il doit être accepté". Sur la question de l'homosexualité, le prêtre botte en touche : "Je n’ai pas de connaissances directes sur le sujet, je ne pourrais pas me prononcer. Je ne m’étonne pas que de telles choses arrivent, puisque l’Église est une communauté de pécheurs. Ce n’est pas pour rien que Jésus Christ est mort pour les péchés. Comment expliquer, d’ailleurs, que surviennent des maladies ?" "Parce que l’homosexualité est une maladie ?", demande alors la journaliste. "Je pense vraiment… que oui”, finit par lâcher Don Gino Flaim.

Ces déclarations ont immédiatement choqué les personnes présentes sur le plateau de LA7, qui diffusait cette interview, et sur internet. Le diocèse de Trente a interdit au prêtre de prêcher, déclarant qu'il se "dissociait totalement des déclarations de Don Gino Flaim". Dans une interview au Courrier de Trente, le prêtre a tenté de préciser ses propos : "J'ai dit que je les comprenais (les pédophiles, ndlr) mais je ne justifie pas leurs agissements. C'est très différent". Avant de continuer : "Il peut y avoir certains prêtres pédophiles, ça ne se questionne pas. Je ne les cautionne pas. La pédophilie est une maladie et l'Église doit aider ces pêcheurs qui recherchent la miséricorde". Sur ses réponses sur l'homosexualité, le prêtre avoue "ne pas comprendre tout ce tapage" médiatique. 

À lire aussi
Des policiers autour du parquet de Paris, le 20 mars 2017. (Illustration.) faits divers
Pédocriminalité : il violait de jeunes garçons en Asie sous couvert d'humanitaire

Le Vatican, prompt à condamner le coming-out de Krzysztof Charamsa, parlant de geste "très grave" et "irresponsable", est pour l'heure plus discret sur cette sortie, alors que le synode sur la famille se tient en ce moment même. Place des femmes dans l'Église, des divorcés remariés ou encore des homosexuels sont autant de sujets clivants qui sont discutés pour grande réflexion au cœur de Rome.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Pédophilie Vatican Italie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants