1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Philippines : dernière tournée en Asie agitée pour Barack Obama
2 min de lecture

Philippines : dernière tournée en Asie agitée pour Barack Obama

Le dernier voyage du président américain dans le Pacifique revêt un caractère très important pour lui. Sauf que ça ne se passe pas très bien.

Barack Obama à son arrivée à l'aéroport de Vientiane au Laos, le 6 septembre 2016
Barack Obama à son arrivée à l'aéroport de Vientiane au Laos, le 6 septembre 2016
Crédit : SIPA
Philippines : dernière tournée en Asie agitée pour Barack Obama
00:02:51
Une dernière grande tournée mouvementée pour Barack Obama en Asie
00:02:55
Philippe Corbé & Loïc Farge

C'est de l’autre côté du Pacifique, en Asie, que Barack Obama mène la dernière grande tournée de sa présidence. Il est parti plus d'une semaine de la Maison Blanche. Ce mardi 6 septembre, il est au Laos. C'est important, car Barack Obama est le premier président du Pacifique. Il est né et a grandi à Hawaï. Il  a ensuite vécu plusieurs années avec sa mère en Indonésie. Cela veut dire que naturellement, il regarde vers l’ouest (vers l’Asie), plus que vers l’est (vers l’Europe). C’est le premier président américain dans ce cas.

Il sait que le concurrent majeur des États-Unis au XXIème siècle, c’est la Chine. Il considère que l’une des grandes réussites de sa présidence restera l’accord de libre-échange avec les pays du Pacifique ; celui avec l’Europe est en train d’échouer. C'est donc un voyage très important pour lui. Sauf que ça ne se passe pas très bien. Ce mardi, par exemple, il devait rencontrer le président des Philippines, qui n’est pas un grand démocrate. Barack Obama avait prévu de lui faire la leçon. Sauf que le Philippin l’a traité de "fils de p...".

Évidemment, Obama, vexé, a annulé leur rencontre. Il verra à la place la présidente sud-coréenne pour parler des nouveaux tirs de missiles nord-coréens ce week-end. Encore une provocation alors que le président américain est dans la région.

Et puis il y a un incident diplomatique avec la Chine ce week-end encore, lorsque Air Force One s’est posé. Les Chinois n’avaient pas prévu de passerelle pour qu’il puisse descendre de l’avion. Il a du sortir par l’arrière.

À lire aussi

Il était aussi le seul chef d’État du G20 pour lequel il n’y avait pas de tapis rouge. Enfin le Secret Service a du intervenir lorsque sa principale conseillère a été bloquée par un officiel chinois qui hurlait "c’est notre pays, c’est notre aéroport". Cela montre bien que derrière les sourires de façade, les tensions sont très vives entre les deux super-puissances.

C’était "chaud", ou plutôt très froid avec Vladimir Poutine. La Russie c’est aussi un pays du Pacifique, la Sibérie est voisine de l’Alaska. Il y a une photo prise par l’Agence France Presse où on voit les deux présidents se serrer la main avec la mâchoire serrée, le regard intense, glacial. Comme avant un duel dans un western. On sent le mépris qu’ils ont l’un pour l’autre. Ces deux-là se détestent, ça se sent. Et comme toujours, ça s’est mal passé. Leurs négociations sur la Syrie ont échoué.

Il faut dire qu’Obama reproche à Poutine de vouloir perturber l’élection à la Maison Blanche. On sait que des ordinateurs du Parti démocrate, et des services électoraux ont été attaqués par des pirates informatiques russes, qui ont ensuite fait fuiter des informations embarrassantes. Car Poutine rêve de faire élire Trump. Pour Obama heureusement, c'était probablement la dernière fois qu'il avait un tête-à-tête avec le tsar du Kremlin.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/