1 min de lecture Faits divers

Turquie : un footballeur avoue le meurtre de son fils de cinq ans

VU DANS LA PRESSE - Le footballeur turque Cevher Toktas a reconnu avoir volontairement étouffé son fils de cinq ans, qui présentait des symptômes du coronavirus. "Je ne l'ai jamais aimé depuis qu’il est né", a-t-il déclaré pour expliquer son geste.

La Justice (illustration)
La Justice (illustration) Crédit : LOIC VENANCE / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien Journaliste

Le footballeur turque Cevher Toktas a reconnu la semaine passée avoir étouffé son enfant de cinq ans, qui présentait des symptômes du Covid-19. Le défenseur central de 32 ans a ensuite expliqué le mobile de son crime : "Je ne l'aimais pas", a-t-il froidement déclaré aux forces de l'ordre. 

Son fils présentait des symptômes du coronavirus onze jours plus tôt : il avait été admis à l'hôpital puis placé en quarantaine avec son père. "L'enfant va finalement décéder deux heures après son admission dans le service des soins intensifs", rapporte RMC Sports

Le footballeur avouera finalement son crime aux policiers. "J'ai appuyé un oreiller contre le visage de mon fils qui était couché. Pendant quinze minutes, je l'ai serré sans jamais le retirer. C'est quand il a cessé de bouger que je l'ai relâché, a détaillé le meurtrier auprès des autorités avant de poursuivre. Je ne l'aimais pas. Je ne l'ai jamais aimé depuis qu’il est né", a t-il déclaré lors de son audition. 

Les forces de l'ordre ont donc procédé à une exhumation du cadavre de l'enfant pour effectuer une autopsie. Cevher Toktas risque quant à lui une condamnation à perpétuité après son geste.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Turquie Football
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants