2 min de lecture Polémique

Trump : et si il avait raison avec sa stratégie pour défendre l'Amérique ?

ÉDITO - Les renégociations menées par Donald Trump avec le Mexique concernant le marché automobile ont été un succès. François Lenglet explique pourquoi Donald Trump pourrait bien avoir raison avec sa stratégie pour défendre l'Amérique.

François Lenglet Lenglet-Co François Lenglet
>
Et si Trump avait raison avec sa stratégie pour défendre l'Amérique ? Crédit Image : AFP / WIN MCNAMEE | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
François Lenglet
François Lenglet et Leia Hoarau

Vous le savez, en France, on prend Trump pour un cinglé. Et c'est vrai qu'il est intempérant, imprévisible, souvent agressif. Pourtant, il faut bien reconnaître qu'il vient de marquer un point avec la renégociation des accords commerciaux avec le Mexique, obtenue il y a trois jours.

Mais qu'a-t-il obtenu concrètement ? Il existe une sorte de marché commun en Amérique du Nord, entre Mexique, États Unis et Canada. Les droits de douane entre les trois pays ont été supprimés avec l'accord Nafta, signé en 1994 sous la présidence de Bill Clinton. Cela a eu une conséquence que nous connaissons bien, nous aussi en Europe : toute l'industrie manufacturière américaine a filé au Mexique, à cause des faibles coûts salariaux.

Dans l’industrie automobile par exemple, Chrysler, GM et Ford ont délocalisé leurs usines pour fabriquer les véhicules destinés au marché américain. Nissan, premier producteur au Mexique, a fait pareil. Du coup, le Mexique est devenu l'un des tous premiers exportateurs de voitures au monde, 750.000 emplois ont été créés dans le secteur... et parallèlement, bon nombre d'emplois industriels ont quitté les États Unis.

À lire aussi
Benjamin Smith nommé nouveau patron d'Air France jeudi 16 août 2018 polémique
Crise à Air France : le nouveau patron, Benjamin Smith, peut-il réussir ?

C'est ce que contestait Trump : il a exigé une renégociation de l'accord de 1994. Le Mexique a d'abord refusé, puis, sous la menace de taxes commerciales très lourdes, il a fini par discuter... Et par accepter un accord.

Que contient ce nouvel accord ?

Cet accord contient des clauses anti-délocalisation qui imposent, par exemple, que 40 à 45% des composants d’une voiture exportée aux États-Unis soit fabriqués par des ouvriers payés au moins 16 dollars de l'heure, au Mexique, pour éviter la concurrence par les faibles salaires.

Paradoxalement, Trump est le meilleur ami des syndicalistes mexicains puisque c'est lui qui fait monter leurs salaires. Imaginez qu'on fasse cela en Europe, pour lutter contre la délocalisation des usines auto en Slovaquie ou en Tchéquie.

Autre point de l'accord, 75% d'une auto vendue en Amérique devront être fabriqués en Amérique du Nord, de façon à éviter l'importation de pièces détachées asiatiques. Enfin, l’acier et l’aluminium, utilisés par les constructeurs, devront avoir été fabriqués, eux aussi, en Amérique du Nord. 

Les constructeurs qui ne respecteraient pas ces nouvelles obligations seraient frappés d'une taxe de 2,5% lorsqu'ils exporteront leurs véhicules aux États-Unis. C'est une dissuasion modeste, mais réelle. Il existe également des dispositions analogues pour l'agriculture et l'énergie.

Et avec les autres pays ?

Le Canada est en train de négocier à son tour avec les États-Unis. Il le fait avec l’épée dans le dos car, comme le Mexique a signé, la pression est forte pour faire de même. Avec le Canada, les enjeux portent notamment sur l'industrie du bois et celle de la volaille. Il est possible que l'accord aboutisse dès aujourd'hui.

Si le traité est signé par les trois pays, ce sera donc un succès incontestable pour le président, qui pourra se prévaloir d'avoir mieux protégé les États-Unis. D'autant que personne ne croyait à la renégociation de cet accord. Ça signe certainement sa méthode : on tape fort avec des taxes pour attendrir la viande, et ensuite on discute, pied à pied. 

Une leçon pour l’Europe, qui va elle aussi rentrer dans un cycle de négociation avec les États-Unis, portant notamment sur l'automobile. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Polémique Économie Donald Trump
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794599950
Trump : et si il avait raison avec sa stratégie pour défendre l'Amérique ?
Trump : et si il avait raison avec sa stratégie pour défendre l'Amérique ?
ÉDITO - Les renégociations menées par Donald Trump avec le Mexique concernant le marché automobile ont été un succès. François Lenglet explique pourquoi Donald Trump pourrait bien avoir raison avec sa stratégie pour défendre l'Amérique.
https://www.rtl.fr/actu/international/trump-et-si-il-avait-raison-avec-sa-strategie-pour-defendre-l-amerique-7794599950
2018-08-31 12:11:23
https://cdn-media.rtl.fr/cache/zOENbLKm0wOuPfLoPwCD_Q/330v220-2/online/image/2018/0131/7792062596_donald-trump-lors-de-son-premier-discours-sur-l-etat-de-l-union-le-30-janvier-2018.jpg