1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Texas : l'immense majorité des avortements désormais interdits
2 min de lecture

Texas : l'immense majorité des avortements désormais interdits

La plupart des avortements sont devenus illégaux ce mercredi 1er septembre au Texas, où une loi sans précédent, qui encourage la population à dénoncer les contrevenants, est entrée en vigueur dans la nuit.

Au Texas, depuis le 1er septembre, l'avortement est interdit au delà de six semaines de grossesse même en cas de viol ou d'inceste.
Au Texas, depuis le 1er septembre, l'avortement est interdit au delà de six semaines de grossesse même en cas de viol ou d'inceste.
Crédit : MANOOCHER DEGHATI / AFP
Romain Giraud & AFP

C'est une loi qui ne manque pas de faire parler aux États-Unis. La plupart des avortements sont devenus illégaux ce mercredi 1er septembre dans le vaste et très conservateur État du Texas. Une loi sans précédent, qui encourage la population à dénoncer les contrevenants, est entrée en effet en vigueur dans la nuit de mardi à mercredi.

Elle peut encore être bloquée par la Cour suprême des États-Unis, qui a été saisie en urgence par les défenseurs du droit à l'avortement. Sans attendre sa décision, le président Joe Biden a fustigé une loi "radicale", aux dispositions "honteuses", et a promis de "protéger" le droit des femmes à avorter.

Le texte, signé en mai par le gouverneur républicain Greg Abbott, interdit d'interrompre toute grossesse une fois que les battements de cœur de l'embryon sont détectés, à environ six semaines de grossesse, alors que la plupart des femmes ne savent même pas qu'elles sont enceintes

Des patientes "effrayées, confuses et en colère"

La loi, qui s'inscrit dans le cadre d'une offensive des États conservateurs contre le droit à l'avortement, ne prévoit pas d'exception en cas de viol ou d'inceste, mais seulement si la santé de la femme enceinte est en danger. Plus de 85% des avortements pratiqués jusqu'ici au Texas ont lieu après six semaines de grossesse, selon les organisations de planning familial de l'État qui ont fait état mercredi de leur profond désarroi.

À écouter aussi

"Je me suis réveillée triste, inquiète, sonnée", a déclaré lors d'un point-presse Amy Hagstrom Miller, directrice de l'organisation Whole Woman's Health, qui gère quatre cliniques au Texas. L'une d'elle, à Fort Worth, a réalisé des avortements jusqu'à 23H56 mardi soir, mais a dû s'interrompre alors qu'il restait des patientes dans la salle d'attente. "Les médecins pleuraient et me demandaient: qu'est-ce qu'on peut faire pour elles ?", a raconté Mme Miller.

"Les patientes sont effrayées, confuses, en colère", a ajouté Vanessa Rodriguez qui supervise les centres d'appels de Planned Parenthood au Texas. "On fait de notre mieux pour essayer de les aider... on cherche des rendez-vous au Colorado, dans l'Oklahoma, le Kansas, le Nouveau-Mexique..." s'inquiète-t-elle.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/