3 min de lecture Daesh

Terrorisme : le chef des talibans afghans est décédé d'une longue maladie

Le chef historique des talibans en Afghanistan, Jalaluddin Haqqani, célèbre pour avoir combattu contre l'URSS, est décédé, annonce un communiqué du groupe terroriste.

Jalaluddin Haqqani, chef des Talibans en Afghanistyan, le 19 octobre 2001. Sa mort a été annoncée le 4 septembre 2009
Jalaluddin Haqqani, chef des Talibans en Afghanistyan, le 19 octobre 2001. Sa mort a été annoncée le 4 septembre 2009 Crédit : STR / AFP
AFP

Il était un chef historique des talibans en Afghanistan. Jalaluddin Haqqani est célèbre pour avoir combattu contre l'URSS, aidé par les Américains à l'époque. Le groupe terroriste a fait un communiqué, mardi 4 septembre, annonçant sa mort, ont repéré plusieurs médias et spécialistes, dont Wassim Nasr, journaliste à France 24 et auteur de L'État islamique, le fait accompli.

"Tout comme il a enduré de grandes épreuves pour la religion d'Allah durant sa jeunesse et alors qu'il était en bonne santé, il a également enduré une longue maladie pendant ses dernières années", selon un communiqué des talibans afghans annonçant son décès sur Twitter.

Selon le spécialiste, Jalaluddin Haqqani, ou Jalal al-Din Haqqani, est une figure "'notoire" du jihad afghan et "le père de l'actuel numéro 2 des talibans", Siraj al-Din Haqqani (Sirajuddin Haqqani), représentant "l'aile la plus dure du groupe".

Jalaluddin Haqqani, qui était sans doute septuagénaire ou octogénaire, avait fondé dans les années 1980 le réseau éponyme, constitué pour lutter contre la présence de l'URSS en Afghanistan et devenu depuis le réseau insurgé le plus redouté du pays, accusé de la mort de centaines de civils dans des attentats-suicides.  

Ancien ministre des talibans

À lire aussi
Afghanistan
Afghanistan : hausse "massive" des victimes civiles depuis 2017

Chef militaire moudjahidine respecté, il est nommé en 1989 à la tête d'une commission sur la formation d'un gouvernement intérimaire afghan, puis tentera vainement de mettre fin à la guerre civile (1992-1996), à laquelle il ne prendra pas part. Il sera néanmoins le principal responsable d'une dévastatrice offensive talibane menée fin 1996 contre l'Alliance du Nord (coalition anti-taliban) dirigée par le commandant Massoud, assassiné par Al-Qaïda le 9 septembre 2001.

Proche du mollah Omar dans sa vision d'un islam ultra-conservateur, il a été ministre sous le régime des talibans dans les années 1990, avant de se tourner après leur chute en 2001 contre les forces américaines et l'Otan.

Faction des talibans afghans proche d'Al-Qaïda, le réseau Haqqani a mené de nombreuses attaques en Afghanistan. Il est également soupçonné de liens avec l'organisation État islamique (EI) responsable de sanglants attentats dans la capitale afghane. Désignés comme groupe terroriste par les États-Unis, les Haqqanis sont connus pour leur utilisation massive d'attentats-suicide à la bombe.

Réputé proche des monarchies du Golfe et des services secrets pakistanais, le réseau Haqqani a pendant longtemps bénéficié des largesses de ces généreux sponsors. La continuité du réseau est assurée par la descendance de Jalaluddin Haqqani qui a eu 10 enfants avec deux épouses. Quatre d'entre eux sont décédés et un a été arrêté. 

Mystère autour de la date de sa mort

Un commandant taliban proche de la famille Haqqani, a indiqué que Jalaluddin Haqqani est décédé dimanche et a été enterré lundi "entouré d'un nombre limité de commandants talibans et de membres de sa famille". "Il était vieux, malade et faible et souffrait constamment de la poitrine", a-t-il précisé. Des rumeurs avaient annoncé sa mort à plusieurs reprises, dès 2008 puis en 2015, sans jamais avoir été confirmées par les talibans.

Signe peut-être que ces rumeurs n'étaient pas infondées, une autre source haut placée talibane a affirmé mardi "que Jalaluddin Haqqani est mort en 2015 au Pakistan" et "a été enterré à Peshawar". Selon cette source, les talibans n'avaient pas rendu sa mort publique car dans la même période ils avaient annoncé le décès de leur chef, le mollah Omar, et ne souhaitaient pas divulguer ces deux importantes pertes dans le même temps.

Ils souhaitaient également attendre afin de savoir si son fils, Sirajuddin Haqqani, qui a pris alors les rênes du réseau, était "capable de diriger le groupe", selon cette source. 

Une perte sans grande répercution

Mort en 2018 ou en 2015, dans tous les cas, sa disparition ne devrait avoir que peu d'impact sur l'évolution de la situation dans la région. "Depuis qu'il était malade et alité ces dernières années, il n'était plus en mesure de diriger le groupe et sa mort ne l'affectera en rien. Ses fils avaient déjà pris la relève et dirigent les opérations", a estimé l'analyste politique afghan Atta Noori.

"Le réseau Haqqani va rester la branche la plus meurtrière des talibans et continuer à frapper comme par le passé car leur principal objectif opérationnel est de freiner l'influence indienne et américaine en Afghanistan", a-t-il ajouté.

"Je doute que son décès change quelque chose", a renchéri un diplomate étranger à Kaboul sous couvert d'anonymat. Son fils Sirajuddin dirige le réseau "avec un soutien important de l'ISI" (l'Inter Services Intelligence, les services secrets du Pakistan), a-t-il ajouté. 

Longtemps soupçonné d'être lié à l'establishment militaire de l'ombre du Pakistan, le réseau Haqqani avait été décrit dès 2011 par l'amiral américain Mike Mullen comme un "véritable bras armé" du renseignement pakistanais. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Daesh Al-Qaïda Terrorisme
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants