3 min de lecture Syrie

Syrie : que se passe-t-il à Idleb, dernier bastion rebelle ?

ÉCLAIRAGE - Les dirigeants turc, russe et iranien se sont rencontrés à Téhéran vendredi 7 septembre au sujet de l'avenir d'Idleb. Pourquoi les regards sont-ils tournés vers cette province ?

Une vue à Idelb en Syrie, dernier bastion rebelle
Une vue à Idelb en Syrie, dernier bastion rebelle Crédit : AP/SIPA
Ceciledeseze75
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

Comme Alep ou la Ghouta précédemment, la province d'Idleb est aujourd'hui la cible du régime syrien et ses alliés. Une "offensive d'envergure" est prévue par l'alliance syrano-russo-iranienne, alors que Téhéran, Ankara et Moscou participent à un sommet le 7 septembre sur la situation en Syrie, et notamment à Idleb. 

Les trois ont convenu vendredi de régler le sort de la province rebelle syrienne d'Idleb "dans un esprit de coopération". Sans qu'une décision précise ne soit communiquée même si Erdogan a plaidé pour un "cessez-le-feu" dans la province syrienne.

Mardi 4 septembre, l'Observatoire syrien des Droits de l'Homme alerte sur la mort de 9 civils dans des bombardements russes sur la province, dont 5 enfants d'une même famille. "Les avions russes ont de nouveau bombardé la province d'Idleb après une pause de 22 jours", selon son directeur Rami Abdel Rahmane. 

À lire aussi
Les combattants des Forces démocratiques syriennes réunis à l'enterrement de plusieurs d'entre eux tués à Hajin lors d'une bataille contre l'EI Syrie
Daesh est toujours présent et gagne des batailles en Syrie

Donald Trump avait pourtant prévenu : "Le président de la Syrie Bachar al-Assad ne doit pas attaquer imprudemment la province d'Idleb (...) Les Russes et les Iraniens commettraient une grave erreur humanitaire en prenant part à cette potentielle tragédie humaine".

De son côté, Paris, à travers une déclaration de Jean-Yves Le Drian, a estimé qu'il "importe aujourd'hui que la voie soit ouverte à la négociation et non pas à la confrontation. Sinon, on s'oriente vers une situation dramatique"

Hayat Tahrir al-Sham, l'ennemi principal

Mais pourquoi s'attaquer à Idleb ? Simplement parce qu'il s'agit d'un des derniers bastions rebelles du pays, sept ans après le début de la révolution de Damas. La principale cible de ces rebelles, c'est le groupe HTS (Hayat Tahrir al-Sham), ancien al-Nosra et qualifié comme tel par le régime syrien et les médias de propagande russe, comme RT

Le groupe al-Nosra était la branche syrienne d'al-Qaïda, mais les HTS ont fait scission depuis 2016, pour devenir HTS en 2017. Un groupe jihadiste dont "tout le monde veut se débarrasser", résume Wassim Nasr à RTL.fr, journaliste à France 24 et auteur de L'État islamique, le fait accompli

HTS est le groupe rebelle le plus présent, à 60%, dans la région. L'organisation a mis en place des droits de douane dans la province à la frontière avec la Turquie. Par le passé, le groupe était présent notamment dans les environs de Damas ou dans le sud. Mais, au fur et à mesure que le régime reprenait le terrain perdu, ses combattants ont été évacués vers Idleb. 

La province d'Idleb en Syrie
La province d'Idleb en Syrie Crédit : Laurence SAUBADU, Thomas SAINT-CRICQ, Jean Michel CORNU / AFP

Qui va faire quoi à Idleb ?

Si les autres groupes installés à Idleb représentent une minorité par rapport aux HTS, ils ne sont pas les seuls présents à Idleb. Selon Wassim Nasr, on trouve également des membres du parti islamique du Kurdistan, ainsi que d'autres groupuscules et factions liés à al-Qaïda (en conflit avec HTS). 

Mais surtout, l'armée turque ou ses milices, qui "veulent contenir les jihadistes" en ayant mis en place "une ceinture autour d'Idleb", explique le spécialiste appuyé par la carte ci-dessus. 

C'est la toute la problématique qui devrait être soulevée entre Rohani, Poutine et Erdogan : qui fait quoi à Idleb ? Pour Wassim Nasr, il y a deux options : "Soit les Turcs vont se barricader dans leurs 12 postes d'observation et regarder l'armée syrienne et ses alliés passer à l'offensive, soit ils vont commencer le travail et vont lancer les hostilités contre les jihadistes de HTS". 

Des dizaines de milliers de civils à épargner

La province d'Idleb abrite également quelque 2,5 millions d'habitants, dont des dizaines de milliers de rebelles et de civils transférés en masse depuis des bastions insurgés tombés aux mains du régime à l'issue d'offensives meurtrières. 

Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif a d'ailleurs partagé son souhait d'aider à chasser les rebelles "avec le moins possible de pertes humaines" en évitant "tout dommage pour la population syrienne."

Dans tous les cas, une chute d'Idleb ne signera pas la fin de la guerre, prévient Wassim Nasr. D'autant que d'autres zones, moins importantes, sont encore tenues par des jihadistes, notamment ceux de l'EI. Aussi des poches très importantes en hydrocarbures tenues par le YGP kurde appuyé par les États-Unis. Avec cette question en suspens sur l'avenir des conflits en Syrie : combien de temps vont encore rester les Américains sur place ?

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Syrie Russie Iran
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794656241
Syrie : que se passe-t-il à Idleb, dernier bastion rebelle ?
Syrie : que se passe-t-il à Idleb, dernier bastion rebelle ?
ÉCLAIRAGE - Les dirigeants turc, russe et iranien se sont rencontrés à Téhéran vendredi 7 septembre au sujet de l'avenir d'Idleb. Pourquoi les regards sont-ils tournés vers cette province ?
https://www.rtl.fr/actu/international/syrie-que-se-passe-t-il-a-idleb-dernier-bastion-rebelle-7794656241
2018-09-04 17:58:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/FnfddyOL_abEw3fE8RtLxQ/330v220-2/online/image/2018/0904/7794656273_sipa-ap21232966-000012.jpg