1 min de lecture Guerre

Syrie : les combats font toujours rage à Idleb, plus de 900.000 déplacés

Jihadistes et rebelles ont repris jeudi 27 aux forces du régime une ville stratégique de la province d'Idleb, infligeant un revers au régime de Bachar al-Assad.

RTL Soir On Refait le monde - Sotto RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Syrie : les rebelles reprennent à Idleb, malgré l'avancée du régime Crédit Image : Abdulaziz KETAZ / AFP | Crédit Média : RLT | Durée : | Date : La page de l'émission
Brice Dugénie édité par Thomas Pierre

La situation en Syrie est une nouvelle fois à l'ordre du jour du Conseil de sécurité des Nations Unies ce jeudi 27 février, sans qu'aucune solution pacifique ne semble se dessiner dans ce conflit qui s'éternise. Les combats font toujours rage dans la région d'Idleb et le bilan ne cesse de s'alourdir : 400 victimes civiles depuis décembre et plus de 900.000 déplacés. 

Une fois de plus, la stratégie de Bachar al-Assad et de son allié russe est la même que pour reprendre la ville d'Alep en 2016. D'abord, un déluge de feu russe venu de sa force aérienne et au sol, l'armée syrienne qui progresse. 

Cette région d'Idleb est une des premières à s'être soulevée en 2011 face à Bachar al-Assad. Et aujourd'hui, c'est la dernière que Damas doit reprendre pour revendiquer l'autorité sur l'ensemble du territoire. Alors, face à cette terreur, près d'un million de personnes ont décidé de fuir.

Plus de 900.000 déplacés

Ces déplacés tentent de trouver un lieu sûr, mais les camps de la région sont pleins, les hôpitaux et les écoles sont déjà surpeuplés. Et tous ces camps, ces bâtiments qui servent de refuge, sont régulièrement la cible des bombardements. Peu de nourriture, pas de médicaments. 

À lire aussi
Un masque de protection (illustration) Corée du Sud
Coronavirus : Michel, vétéran, a reçu des masques de l'ambassade de Corée

Près de 200.000 déplacés n'ont même pas un abri, alors que certaines nuits, la température est inférieure à zéro dans cette région de la Syrie. La semaine dernière, au moins 13 enfants sont morts de froid le temps d'une nuit, selon certaines ONG. 

C'est la pire crise humanitaire en Syrie depuis le début de la guerre en 2011. Mais lorsque la communauté internationale appelle à un cessez-le-feu, les Russes répondent que ce serait une capitulation face au terrorisme.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Guerre Syrie Bachar al-Assad
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants