2 min de lecture Daesh

Syrie : l'EI vise une fête kurde, 45 morts

L'attaque a visé une fête à la veille du Nouvel an kurde.

L'attaque s'est produite alors que les Kurdes se rassemblent pour célébrer leur Nouvel an (illustration).
L'attaque s'est produite alors que les Kurdes se rassemblent pour célébrer leur Nouvel an (illustration). Crédit : YASIN AKGUL / AFP
micro générique
La rédaction de RTL et AFP

Les attaques de l'Etat islamique vendredi en Syrie ont fait près d'une centaine de morts, dont 45 dans une fête kurde, ce qui en fait "une des journées les plus sanglantes" de l'organisation terroriste, selon une ONG spécialisée dans le suivi du conflit. 

Dans les provinces de Hama et de Homs, au moins 82 membres des forces du régime et des supplétifs ont été tués dans des attaques menées également vendredi par l'EI, selon un nouveau bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).  "Il s'agit de l'une des journées les plus sanglantes de l'EI", a affirmé Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH.

Les attaques, perpétrées à la veille de Norouz, le Nouvel an kurde, dans la ville de Hassaké, n'ont pas été revendiquées dans l'immédiat, mais selon M. Abdel Rahmane, "c'est bien l'EI qui est derrière le double attentat".

Attentat suicide en pleine fête

"On compte désormais 45 morts, dont cinq enfants, après les attaques de la nuit dernière", selon le directeur de l'OSDH. L'une des attaques a été perpétrée par un kamikaze en pleine fête tandis qu'une bombe a visé un autre rassemblement dans la ville, quelques centaines de mètres plus loin.

À lire aussi
Tyler Vilus, émir français de Daesh, condamné à 30 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises spéciale de Paris justice
Terrorisme : Tyler Vilus, émir français de Daesh, condamné à 30 ans de prison

La fête de Norouz est célébrée dans de nombreux pays qui ont été des territoires ou qui ont été influencés par l'Empire perse. Les Kurdes célèbrent le Norouz durant la semaine du 21 mars et le considèrent comme la fête la plus importante de l'année.

Les Unités de protection du peuple kurde (YPG), la milice kurde qui combat les jihadistes dans le nord et le nord-est de la Syrie, contrôlent avec le régime syrien la ville de Hassaké mais l'EI a attaqué à plusieurs reprises des localités environnantes.

La guerre continue

Selon M. Abdel Rahmane, l'EI cherche à "à redorer son blason avec des victoires militaires sur le terrain, même limitées", après avoir "essuyé des revers dans les provinces d'Alep, Raqa et Hassaké".

Ailleurs en Syrie, la guerre fait toujours rage entre régime et rebelles. Dans la province méridionale de Deraa, berceau de la révolte syrienne, l'armée de l'air du régime a lâché 12 barils d'explosifs sur les quartiers rebelles de la localité de Bosra al-Cham, selon l'OSDH qui n'a pas fait état de victime dans l'immédiat.

Le président Bachar al-Assad a démenti l'utilisation par ces troupes de cette arme meurtrière, malgré les preuves apportées par des ONG internationales et les condamnations de l'ONU.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Daesh Syrie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants