2 min de lecture Syrie

Syrie : faut-il prendre les menaces de frappes de Donald Trump au sérieux ?

Donald Trump a-t-il annoncé une opération militaire sur Twitter ? Le président américain a publié une série de messages qui laissent penser que les frappes en Syrie sont imminentes.

Philippe Corbé Un Air d'Amérique Philippe Corbé
>
Syrie : faut-il prendre les menaces de frappes de Donald Trump au sérieux ? Crédit Image : AFP, le 11 avril 2018 à Washington | Crédit Média : Philippe Corbé | Durée : | Date : La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
et Loïc Farge

Dans l'un de ses tweets envoyés mercredi 11 avril, Donald Trump met en garde Moscou en ces termes : "Prépare-toi Russie, les missiles vont arriver, beaux, neufs et intelligents (...) Tu ne devrais pas être partenaire avec un animal qui tue avec du gaz, qui tue son peuple et qui aime ça".

"L'animal", c'est Assad, allié de la Russie. Au passage, Donald Trump fait exactement ce qu'il reprochait à ses prédécesseurs : prévenir à l'avance ses adversaires, alors qu'il faudrait les prendre par surprise.

Plus tard dans la journée, la porte-parole de la Maison Blanche a confirmé qu'il "tient la Syrie et la Russie responsables pour cette attaque avec des armes chimiques". Mais elle a ajouté : "Le président n'a pas établi de calendrier, et a d'autres options sont sur la table (...) La décision finale n'a pas été prise". Le secrétaire à la Défense a adopté aussi un ton moins va-t-en guerre.

À lire aussi
Du matériel français chargé dans un Antonov 124 de l'armée russe, le 20 juillet 2018 à Châteauroux. Syrie
Syrie : Paris et Moscou mènent une opération humanitaire commune

Alors faut-il le prendre Trump au mot ? Il y a quelques mois, il a menacé de "détruire totalement" la Corée du Nord, et ça ne l'a pas empêché d'accepter finalement la main tendue par Kim Jong-Un. Donc ces tweets, est-ce une stratégie pour mettre la pression ou est-il vraiment décidé à frapper le régime syrien ?

Où, quand et comment ?

Si on se fie à ses tweets, la question n'est apparemment plus de savoir s'il va frapper, mais comment, où et quand ? Comment ? Les Américains agiraient-ils seuls ou en coordination avec les Français, et peut-être les Britanniques ? Est-ce que ce serait une frappe symbolique, comme il y a un an, ou au contraire l'opération viserait-elle à empêcher l'aviation syrienne de mener des bombardements ?

D'où la deuxième question : où ces frappes auraient-elles lieu ? Les Syriens ont abrité une partie de leurs avions et de leur armement sur une base russe. Mais les Occidentaux pourraient viser les pistes militaires syriennes.

Et ça nous amène à la troisième question : quand ? Car une telle mission nécessiterait une série de frappes, sur plusieurs jours. Les Américains et leurs alliés y sont-ils prêts ? Car plus la campagne de frappes serait large, plus les risques de victimes accidentelles seraient importantes. Des civils, bien entendu. Mais aussi des forces militaires présentes auprès des forces syriennes. Que se passerait-t-il si des militaires russes et iraniens étaient tués dans des bombardements ?

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Syrie États-Unis Donald Trump
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792983490
Syrie : faut-il prendre les menaces de frappes de Donald Trump au sérieux ?
Syrie : faut-il prendre les menaces de frappes de Donald Trump au sérieux ?
Donald Trump a-t-il annoncé une opération militaire sur Twitter ? Le président américain a publié une série de messages qui laissent penser que les frappes en Syrie sont imminentes.
https://www.rtl.fr/actu/international/syrie-faut-il-prendre-les-menaces-de-frappes-de-donald-trump-au-serieux-7792983490
2018-04-12 06:52:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/yMRjWopB9I4LCeoCYefJCw/330v220-2/online/image/2018/0412/7792983634_le-president-americain-donald-trump-le-11-avril-2018.jpg