1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Soupçons d'abus sexuels en Centrafrique : deux magistrats s'envolent pour Bangui
1 min de lecture

Soupçons d'abus sexuels en Centrafrique : deux magistrats s'envolent pour Bangui

Info RTL REPLAY / INFO RTL - Du nouveau dans l'enquête sur les soupçons d'abus sexuels en Centrafrique. Deux magistrats français s'envolent aujourd'hui pour Bangui, afin d'entendre les mineurs qui accusent de viol plusieurs militaires de l'opération Sangaris.

Des soldats français de la mission Sangaris en Centrafrique, le 9 février 2014 à Bangui
Des soldats français de la mission Sangaris en Centrafrique, le 9 février 2014 à Bangui
Crédit : AFP / ISSOUF SANOGO
Deux magistrats français s'envolent pour Paris, afin d'enquêter sur les accusations d'abus sexuels contre des militaires de l'opération Sangaris.
00:56
Brice Dugénie & Charlie Vandekerkhove

L'armée française et ses brebis galeuses. Plusieurs soldats français sont accusés d'avoir abusé sexuellement une dizaine d'enfants en Centrafrique. Les faits se seraient produits entre décembre 2013 et juin 2014 en marge de l'opération Sangaris de maintien de la paix en Centrafrique. Information RTL, deux magistrats français s'envolent ce matin pour Bangui, la capitale, afin d'enquêter sur place.

Parmi eux, le juge d'instruction en charge de l'enquête. Depuis une semaine, des prévôts, c'est-à-dire des enquêteurs chargés de travailler sur les actes commis par les militaires en opération extérieure, sont sur place pour préparer l'arrivée des magistrats. Objectif principal de ce déplacement : entendre les mineurs qui accusent de viol les soldats français, des enfants entendus par les humanitaires de l'Unicef mais jamais dans le cadre d'une enquête judiciaire. 

Une première réunion mercredi

Il y a un an, quand le ministère de la Défense français a eu connaissance de ces actes, une enquête interne a été menée, le Parquet de Paris a été saisi, mais la France a décidé de ne pas en informer l'état centrafricain. 

Après un moment de tension, le parquet de Bangui a finalement autorisé les Français à se rendre en Centrafrique. Dès demain, une première réunion se tiendra avec les enquêteurs du Parquet de Paris et leurs homologues centrafricains, pour tenter d'en savoir plus sur ces actes, qui auraient été commis au cours des six premiers mois de l'opération Sangaris. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/