1 min de lecture Guerre

Soudan du Sud : les rebelles ont massacré des centaines de civils selon l'ONU

Des centaines de civils ont été massacrés par les rebelle sud-soudanais sur une base ethnique, accusent les Nations Unies.

Des troupes de l'armée du Sud-Soudan patrouillent à Juba le 2 janvier 2014.
Des troupes de l'armée du Sud-Soudan patrouillent à Juba le 2 janvier 2014. Crédit : AFP / SAMIR BOL
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Les troupes de l'ancien vice-président sud-soudanais Riek Machar, qui affrontent depuis mi-décembre l'armée gouvernementale, auraient massacré des centaines de civils sur des bases ethniques lorsqu'elle ont repris la localité septentrionale de Bentiu la semaine dernière, a accusé lundi 20 avril l'ONU. C'est l'un des plus importants massacres de civils rapportés depuis le début des combats, qui ont éclaté le 15 décembre à Juba au sein de l'armée sud-soudanaise entre troupes fidèles au président sud-soudanais Salva Kiir et celles loyales à M. Machar, avant de s'étendre au reste du pays, et qui se sont accompagnés de nombreuses atrocités contre les civils.

Un conflit qui fait plusieurs milliers de morts depuis décembre

Mi-avril, à Bentiu, capitale de l'Etat pétrolifère d'Unité, les forces pro-Machar ont tué plus de 200 personnes dans une mosquée et plusieurs autres dans une église, dans des bâtiments évacués de l'ONU et à l'hôpital, a détaillé la Mission de l'ONU au Soudan du Sud (Minuss). Quand les troupes de Riek Machar "ont pris Bentiu (...) elles ont fouillé un certain nombre d'endroits où des centaines de civils sud-soudanais et étrangers avaient trouvé refuge et ont tué des centaines de ces civils après avoir établi leur appartenance ethnique ou leur nationalité", a expliqué la Minuss dans un communiqué.

Les combats, qui ont déjà fait plusieurs milliers de morts depuis le 15 décembre, s'accompagnent régulièrement de massacres à caractère ethnique, car au conflit, né d'une lutte au sein du régime entre MM. Kiir et Machar, se greffent de vieux antagonismes entre peuple dinka et nuer dont sont respectivement issus les deux hommes.

Ces inimitiés plongent une partie de leurs racines dans la guerre civile soudanaise contre Khartoum (1983-2005) - qui a débouché sur l'indépendance du Soudan du Sud en juillet 2011 - période durant laquelle les deux rivaux étaient de hauts dirigeants de la rébellion sudiste, désormais au pouvoir à Juba.

Lire la suite
Guerre Massacre Rébellion
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants