2 min de lecture Russie

Russie : un ex-journaliste et conseiller de l'agence spatiale arrêté pour "trahison"

Un ex-journaliste respecté devenu conseiller du directeur de l'agence spatiale russe Roskosmos a été arrêté mardi pour "trahison". Il aurait transmis des données secrètes à des services de renseignements étrangers.

Le site de lancement de Roskosmos près de la ville de Korolyov
Le site de lancement de Roskosmos près de la ville de Korolyov Crédit : KC "Yuzhny" / Roscosmos
Pierre
Pierre Jarnoux et AFP

Ivan Safronov, ancien journaliste et conseiller du directeur de l'agence spatiale russe a été arrêté mardi pour "trahison" au profit d'un pays de l'OTAN. Ses collègues dénoncent une "vengeance" concernant ses articles précédemment parus.
Ivan Safronov, journaliste spécialisé dans les questions militaires et spatiales a travaillé pour les quotidiens Vedomosti et Kommersant jusqu'en 2019 avant d'être poussé à la démission. Cela faisait suite à la parution d'articles embarrassants pour l'armée russe ces dernières années

Il était devenu en mai 2020 conseiller du directeur de Roskosmos, Dmitri Rogozine. Il est soupçonné d'avoir "collecté et transmis des secrets d'Etat sur la coopération militaire et technique, la défense et la sécurité de la Russie" à "un service de renseignement d'un des pays de l'Otan", selon un porte-parole des services de sécurité russes (FSB) cité par l'agence publique TASS.

Selon le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, l'ex-journaliste aurait transmis des informations secrètes à des puissances étrangères. "Nos services de contre-espionnage ont beaucoup de tâches et de travail et ils les accomplissent de manière très efficace" a-t-il ajouté.

Roskosmos a assuré dans un communiqué "fournir toute l'assistance nécessaire aux autorités chargées de l'enquête" et souligné que les accusations pesant contre M. Safronov ne concerne pas son travail actuel. Le directeur de Roskosmos, Dmitri Rogozine, a d'ailleurs assuré que Ivan Safronov ne disposait "pas d'accès à des informations secrètes"

Des articles embarassants

À lire aussi
Le président russe Vladimir Poutine le 9 septembre 2018. Prix Nobel
Russie : Vladimir Poutine proposé pour le prix Nobel de la Paix ?

En tant que journaliste, Ivan Safronov a écrit de nombreux articles sur l'armée russe, rapportant ainsi l'accident d'un sous-marin secret dans l'Arctique, l'incendie sur l'unique porte-avion russe, des incidents lors d'exercices militaires supervisés par le président russe Vladimir Poutine ou encore le premier crash de l'avion de combat dernier cri Su-57.


Des journalistes et anciens journalistes ont d'ailleurs apporté leur soutien à Ivan Sofronov sur les réseaux sociaux et dénonçant une arrestation en lien avec son travail de presse. 

La rédaction de son ancien journal Kommersant a aussi publié un message de soutien, dénonçant des accusations "absurdes" et saluant "un des meilleurs journalistes du pays", un "grand professionnel" et "véritable patriote". Le Kremlin a de son côté assuré que l'arrestation de M. Safronov n'avait "rien à voir avec son activité journalistique".

Lors de "haute trahison", il est extrêmement difficile d'obtenir une enquête et un procès équitable. L'enquête et les résultats se basent uniquement sur les révélations des services spéciaux. Leur travail soulève d'ailleurs chaque année de nombreuses questions.


Les accusations d'atteintes à la liberté de la presse contre le pouvoir russe sont légions depuis 20 ans.

Lundi, une journaliste russe a été encore condamnée à une lourde amende pour "justification du terrorisme" en raison d'une chronique sur un attentat-suicide anarchiste ayant visé le FSB, un cas dénoncé par les défenseurs des droits humains.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Russie Journalisme OTAN
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants