1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Russie, Corée du Nord, Chine : pourquoi cette nouvelle course aux missiles hypersoniques ?
3 min de lecture

Russie, Corée du Nord, Chine : pourquoi cette nouvelle course aux missiles hypersoniques ?

ÉCLAIRAGE - Le test d'un missile hypersonique effectué par la Chine aurait "pris le renseignement américain par surprise", selon le Financial Times.

Photo publiée le 29 septembre 2021 par l'agence de presse officielle de Corée du Nord (KCNA) d’un missile hypersonique Hwasong-8
Photo publiée le 29 septembre 2021 par l'agence de presse officielle de Corée du Nord (KCNA) d’un missile hypersonique Hwasong-8
Crédit : AFP PHOTO/KCNA VIA KNS"
Thomas Pierre & AFP

La Chine a-t-elle déjà rejoint la course frénétique aux missiles hypersoniques ? Selon le Financial Times, Pékin aurait en effet lancé en août un missile à capacité nucléaire qui aurait fait le tour de la Terre en orbite basse avant de descendre vers sa cible, ratée de plus de 32 kilomètres. Cet essai, démenti lundi par les autorités chinoises, aurait donc été fait dans le plus grand secret, alors que ce type de lancement est généralement annoncé. 

Si bien que cette démonstration des progrès de la Chine dans les armes hypersoniques "ont pris le renseignement américain par surprise", insiste le quotidien. Le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a déclaré samedi : "nous avons clairement exprimé nos inquiétudes concernant le développement militaire que la Chine continue de poursuivre, qui ne fait qu'accroître les tensions dans la région et au-delà"

"C'est l'une des raisons pour lesquelles nous considérons la Chine comme notre défi de stimulation numéro un", a ajouté le haut-gradé. Ce test intervient au moment où les tensions américano-chinoises se sont accrues et que Pékin a intensifié ses activités militaires près de Taïwan. Mais, outre la Chine, les États-Unis, la Russie et au moins cinq autres pays travaillent également sur la technologie hypersonique

Pourquoi un tel engouement ?

Contrairement aux apparences, les missiles hypersoniques ne sont pas forcément plus rapides que les missiles balistiques. Un missile balistique est lancé à grande vitesse dans l'espace, où il n'y a pas d'atmosphère et où il ne rencontre aucune résistance. Il retombe ensuite sur sa cible, toujours à la même vitesse, sauf après la rentrée dans l'atmosphère qui le ralentit un peu.

À écouter aussi

Par contraste, un missile hypersonique vole à basse altitude. Il est lancé lui aussi à grande vitesse, mais il est freiné par l'atmosphère. Il ralentit tout au long de son trajet et il peut finir par être plus lent qu'un missile balistique. La grande différence est que le missile hypersonique est manœuvrable, ce qui rend sa trajectoire difficilement prévisible et son interception difficile. 

La Russie à la pointe, les États-Unis à la traîne

Dans cette course, la Russie a pris une longueur d'avance. Plusieurs types de ces missiles capables de voler à des vitesses supérieures à 6.000 km/h (Mach 5) sont actuellement développés par Moscou. Parmi eux, le Zircon, testé depuis un sous-marin début octobre, le Kinjal, qui équipe déjà l'armée de l'air, ou encore le planeur hypersonique Avangard qui après avoir été largué, peut emporter une charge nucléaire, voler jusqu'à 33.000 km/h et changer de façon imprévisible de cap ou d'altitude.

Les États-Unis n'ont pas encore de missiles hypersonique dans leur arsenal, mais ils y travaillent. Le Darpa, bras scientifique de l'armée américaine, a annoncé il y a quelques semaines avoir testé avec succès son missile hypersonique HAWC à propulsion aérobie, c'est-à-dire qu'il utilise l'oxygène présent dans l'atmosphère pour sa combustion. Le Pentagone développe également un planeur hypersonique appelé ARRW (prononcer Arrow, ou flèche en anglais), mais son premier test grandeur nature a échoué en avril dernier.

La Chine a plusieurs projets, qui semblent directement inspirés des programmes russes. Elle a notamment testé un planeur hypersonique d'une portée de 2.000 km capable de voler à plus de Mach 5 et d'effectuer des "manœuvres extrêmes", selon une étude du Congrès américain. L'essai de ce samedi, si confirmé, attesterait également qu'elle est en train de rattraper son retard en matière de missile hypersonique en orbite. 

La Corée du Nord, aussi, a assuré fin septembre avoir testé avec succès un missile planeur "hypersonique", ce qui, si la véracité de l'information est confirmée, constituerait là-aussi une avancée technologique majeure. De leur côté, la France, l'Allemagne, l'Australie, l'Inde et le Japon cherchent également à développer des systèmes hypersoniques. De même que l'Iran, Israël et la Corée du Sud ont entamé des recherches sur cette technologie. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/