3 min de lecture Santé

Royaume-Uni : un bug informatique dans le dépistage du cancer du sein

Une erreur dans le système informatique du dépistage du cancer du sein au Royaume-Uni pourrait avoir "écourté la vie" d'entre 135 et 270 femmes qui n'ont reçu aucune convocation.

BEGOT 245300 La Revue de Presse Amandine Begot iTunes RSS
>
Royaume-Uni : un bug informatique dans le dépistage du cancer du sein Crédit Image : AFP / MYCHELE DANIAU | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
BEGOT 245300
Amandine Begot

Au moins 135 morts, peut-être deux fois plus, tout ça à cause d'une erreur informatique. Cela parait dingue et pourtant, c'est ce qu'il s'est passé au Royaume-Uni. Là-bas, toutes les femmes de plus de 50 ans reçoivent systématiquement et tous les 3 ans un courrier les invitant à passer une mammographie. Problème, le programme informatique chargé d'envoyer ces courrier a bugué. Résultat : Depuis 2009, 450.000 femmes âgées de 68 à 71 ans n'ont reçu aucune convocation. 140.000 sont mortes depuis et la ministre de la Santé l'a reconnu hier, il est probable que certaines seraient aujourd'hui encore en vie si cette erreur n'était pas arrivée.

Alors, comme l'explique ce matin Libération, le gouvernement britannique a d'ores et déjà promis des enquêtes, pour établir ou non un lien entre ces décès et l'absence de dépistage de cancer du sein. Il promet des indemnisations en cas de lien avéré mais, là-bas, l'affaire fait scandale. C'est d'ailleurs la une de la plupart des quotidiens britanniques. Le Times notamment met en une la photo de l'une de ces probables victimes. Trixie, morte en 2015 à l'âge de 76 ans et dont la fille attend aujourd'hui des réponses.

Un Black Bloc s'exprime

Libération donne ce matin la parole à l'un de ceux qui ont participé aux violences du 1er mai à Paris. "Un black Bloc s'explique", titre le journal. Il s'agit de Johan (le prénom a bien sur été modifié) 24 ans. Le black bloc n'est, explique-t-il, ni un parti, ni un mouvement. C'est une tactique, un outil, une modalité d'action politique. On ne frappe pas aveuglement, on cible les symboles de l'État et du capitalisme. Mardi 1er mai, raconte-t-il, il y avait dans le cortège parisien des camarades venus de nombreux pays d’Europe car leur lutte, ajoute-t-il, est internationaliste. On est loin du profil des 102 personnes interpellées.

À lire aussi
Une personne obèse (illustration) Alimentation
Lutte contre l'obésité : 3 conseils pour éviter de grignoter

C'est aussi ce que confirme le site Explicite qui, toute la journée et toute la soirée de mardi 1er mai, "a suivi ces militants cagoulés et vêtus de noir dans les rangs de la manifestation" écrit Paul Conge le journaliste qui les a suivi. On entend parler allemand, anglais, italien... "Des centaines d'étrangers, ajoute-il, ont répondu à l'appel international lancé quelques jours plus tôt".

"Pepé the Pew"

Ces violences du 1er mai font en tout cas ce matin la une de la presse australienne. The Australian, l'équivalent en France du journal Le Monde, publie toute une série de photos sous ce titre : "Paris en flammes saccagés par les hooligans". La presse australienne qui revient aussi sur la petite faute d'Emmanuel Macron. Ce "delicious" lancé hier par le président français à l'intention de l'épouse du Premier ministre australien. 

Le président avait oublié qu'il s'agissait là d'un faux ami en anglais : on utilise "delicious" pour de la nourriture. Pour une femme c'est un peu graveleux, limite vulgaire. "Oh la la", "sacrebleu" titre la presse australienne qui se régale de ce micro incident diplomatique. Le tabloid Daily Telegraph, très lu là-bas, va encore plus loin. En une, il a remplacé ce matin le visage d'Emmanuel Macron par celui de Pepé the Pew, Pépé le putois en Français, un personnage de dessin animé des années 1950 et connu dans le monde entier comme la caricature du Français : séducteur, dragueur tactile, collant, limite lourdingue.

A en croire Le Figaro, le président français s'en est amusé et s'est défendu "il n'y a pas, a-t-il dit, un dirigeant européen qui fasse tous ses speechs en anglais, c'est très important pour l'image de la France, et c'est très apprécié".

Une ville en ébullition

Emmanuel Macron qui, après l'Australie, est arrivé ce matin en Nouvelle-Calédonie. Malgré la distance et le décalage horaire, il aura c'est sûr, lui le supporter de l'OM, un œil sur le match de ce soir. Ce Salzbourg/ OM fait la une de La Provence : "Tout un peuple derrière l'OM" titre le journal. "Un peuple et une équipe prête à porter l'estocade finale", titre L'Équipe. Le quotidien sportif raconte que ce matin qu'à Salzbourg, on est loin, très, très loin de l'euphorie marseillaise. Là-bas, la fierté locale et même nationale, c'est plutôt Mozart.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Royaume-Uni Cancer du sein
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793248554
Royaume-Uni : un bug informatique dans le dépistage du cancer du sein
Royaume-Uni : un bug informatique dans le dépistage du cancer du sein
Une erreur dans le système informatique du dépistage du cancer du sein au Royaume-Uni pourrait avoir "écourté la vie" d'entre 135 et 270 femmes qui n'ont reçu aucune convocation.
https://www.rtl.fr/actu/international/royaume-uni-un-bug-informatique-dans-le-depistage-du-cancer-du-sein-7793248554
2018-05-03 10:01:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/WMdCIPcNibaZ7oTJ_fYXyA/330v220-2/online/image/2018/0503/7793248852_un-bug-dans-le-systeme-informatique-de-depistage-du-cancer-du-sein-aurait-ecourte-la-vie-de-plusieurs-britanniques.jpg