2 min de lecture Présidentielle américaine

Présidentielle américaine : en cas de défaite, Trump peut-il refuser le résultat ?

ÉCLAIRAGE - Samedi 19 juillet, Donald Trump a laissé planer le doute sur un éventuel rejet des résultats qui le donneraient perdant lors de l'élection présidentielle de novembre prochain.

Donald Trump, le 10 juillet 2020
Donald Trump, le 10 juillet 2020 Crédit : SAUL LOEB / AFP
Thomas Pierre
Thomas Pierre Journaliste

Et si Donald Trump contestait l'issue du scrutin de novembre ? Une éventualité qui est désormais de l'ordre de l'inquiétude dans les rangs démocrates, à moins de quatre mois de l'élection présidentielle américaine. Alors que les sondages donnent pour l'instant un Joe Biden large vainqueur, le milliardaire républicain pourrait très bien, selon certains observateurs, contester un résultat en sa défaveur. 

Samedi 19 juillet, lors d'une interview télévisée accordée à Fox News, Donald Trump l'a reconnu lui-même : "Je ne suis pas un bon perdant, je n'aime pas perdre", avant de laisser planer le doute sur un possible rejet des résultats, quand la question lui a été clairement posée : "Êtes-vous en train de suggérer que vous pourriez ne pas accepter les résultats ?". 

Réponse de l’intéressé : "Je dois voir (...). Je ne vais pas simplement dire 'oui'. Je ne vais pas dire 'non'". Car Donald Trump s'en dit persuadé : "Le vote par correspondance va truquer les élections". Une affirmation contestée par les experts qui assurent que le vote à distance devrait au contraire favoriser la participation. 

Trump partira-t-il "calmement ou non" ?

Toujours est-il que cette affirmation de l'hôte de la Maison Blanche donne du grain à moudre à ceux qui prédisent depuis quelques temps déjà la stratégie que pourrait bien employer le camp républicain quand viendra novembre et une hypothétique défaite.  

À lire aussi
Aux États-Unis, les Américains noirs sont le plus durement touchés par l'épidémie de coronavirus. Coronavirus États-Unis
Coronavirus aux États-Unis : la barre des 200.000 morts passée, le double attendu

La semaine passée, son ancienne rivale Hillary Clinton se demandait également si Donald Trump partirait "calmement ou non", s'il perdait le scrutin. "Nous devons être prêts" à cette éventualité, insistait la candidate démocrate de 2016. Joe Biden lui-même a évoqué à de nombreuses reprises la possibilité que son adversaire essaye de perturber ou de retarder l'élection de novembre. 

Le "pire scénario possible" ?

Le sujet est en tout cas pris très au sérieux chez les stratèges démocrates qui l'envisagent comme l'un des "pires scénarios possibles" pour novembre. "Depuis 2016, Donald Trump a montré qu'il était toujours prêt à sacrifier nos standards démocratiques fondamentaux pour ses intérêts personnels et politiques", affirmait récemment Bob Bauer, un important conseiller de Joe Biden, au New York Times. D'après lui, Trump serait prêt à "n'importe quel type de tour, de stratagème ou de procédé pour conserver sa présidence". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle américaine Donald Trump Joe Biden
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants