1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Otage française au Yémen : l'interprète d'Isabelle Prime craint qu'elle soit vendue à Al-Qaïda
1 min de lecture

Otage française au Yémen : l'interprète d'Isabelle Prime craint qu'elle soit vendue à Al-Qaïda

DOCUMENT RTL - Après de longues semaines de détention, l'accompagnatrice d'Isabelle Prime a été libérée par ses ravisseurs. Elle exhorte la France à négocier.

Isabelle Prime a été enlevée avec son interprète yéménite le mardi 24 février 2015 (illustration).
Isabelle Prime a été enlevée avec son interprète yéménite le mardi 24 février 2015 (illustration).
Crédit : MOHAMMED HUWAIS / AFP
Otage française au Yémen : son accompagnatrice témoigne
01:12
Nicolas Burnens & Christophe Chafcouloff

L'accompagnatrice d'Isabelle Prime s'est exprimée après sa libération et révèle des informations sur le rapt de la jeune expatriée. Le 24 février dernier, elle avait été enlevée avec la Française, alors que les deux femmes circulaient en voiture dans la capitale du Yémen. Des hommes armés et habillés en militaire, les ont enlevées à un check-point et emmenées dans le Nord du pays. 

Ils m'ont libérée pour que je transmette un message au gouvernement français

Chérine Makkaoui

Chérine Makkaoui a passé plusieurs nuits avec Isabelle Prime, dans la même pièce, au rez-de-chaussée d'une maison, avant d'être séparée et transférée dans un autre endroit. Elle a été libérée le 10 mars, mais n'avait jusque là livré aucun détails sur les auteurs du rapt ou sur les conditions de détention. La jeune Yéménite a été frappée et torturée. Elle affirme par contre que "jusqu'à sa libération, Isabelle était en bonne santé". 

Abandonnée au milieu du désert, les yeux bandés

Selon elle, ses ravisseurs ne sont pas des islamistes mais des personnes qui pratiquent régulièrement des enlèvements crapuleux. "Ils ont parlé à plusieurs reprises de rançons", explique-t-elle, au sujet d'Isabelle. C'est une pratique courante au Yémen, où des étrangers aux mains de tribus locales servent de monnaie d'échange. Si la France ne paie pas, elle craint que les ravisseurs d'Isabelle Prime la vendent à Al-Qaïda dans la péninsule arabique. Elle précise qu'au moment de sa libération, ses ravisseurs lui ont laissé une clef USB à remettre aux autorités françaises. 

Contacté par RTL, le quai d'Orsay ne confirme pas ces informations. "Nous sommes mobilisés pour obtenir sa libération et dans l'intérêt de l'efficacité de notre actions, nous devons être discrets", se contente de dire Romain Nadal, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/