1 min de lecture Police

Migrants : la gare de Budapest prise d'assaut après sa réouverture

La principale gare de Budapest en Hongrie a été rouverte aux migrants mais le départ des trains pour l'Europe occidentale restait suspendu jeudi.

Les migrants devant la gare de Budapest en Hongrie le 2 septembre 2015.
Les migrants devant la gare de Budapest en Hongrie le 2 septembre 2015. Crédit : ATTILA KISBENEDEK / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Ils étaient plus de 2.000 à attendre la réouverture de cette gare qui leur ouvre les portes de l'Europe occidentale. Elle avait été fermée aux migrants mardi alors que les jours précédents, ils ont été des milliers à emprunter cette voie pour rejoindre l'Autriche et l'Allemagne. Rouverte jeudi matin, la gare a été prise d'assaut dans le chaos le plus total. La police n'est pas intervenue, laissant les migrants se battre entre eux pour monter à bord d'un train.

Mais la circulation des trains sur les lignes internationales est toujours coupée comme l'a annoncé un message audio dans la gare et ce pour une "durée indéterminée". C'est vers 8h15 que l'entrée principale de la gare de Keleti a été ouverte. Les migrants se sont tout de suite précipités dans l'espoir d'embarquer dans un train. Beaucoup avaient un billet en poche pour se rendre à Vienne ou à Munich. Une trentaine de policiers, certains casqués, sont ensuite arrivés et ont pris position le long d'un quai adjacent. 

Plus de 2.000 personnes en attente

"Dans l'intérêt de la sécurité des transports ferroviaires, la compagnie a décidé que les liaisons directes entre Budapest et l'Europe occidentale ne seraient pas en service jusqu'à nouvel ordre", ont annoncé les Chemins de fer hongrois dans un communiqué. 

Au cours des derniers jours, plusieurs manifestations spontanées de migrants criant "Allemagne! Allemagne!" avaient eu lieu et des échauffourées les avaient opposées à la police. Quelque 2.000 hommes, femmes et enfants sont restés bloqués dans le secteur de la gare ou dans une "zone de transit", un camp de réfugiés sous-terrain de fortune où des milliers de personnes sont hébergées dans des conditions précaires, et dépendent de l'aide de volontaires hongrois.

À lire aussi
Pyrénées-Orientales
Génération Identitaire : Gérald Darmanin a lancé la procédure de dissolution

Un train aurait toutefois quitté cette gare jeudi dans la matinée avec des migrants à bord en direction de la frontière autrichienne.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Police Gare Budapest
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants